Articles récents \ France \ Société Eliane Viennot: “La langue d’autrefois est bien moins sexiste qu’aujourd’hui” 1/2

Eliane Viennot est professeuse émérite de littérature de la Renaissance, historienne spécialiste des relations de pouvoir entre les sexes en France. Elle fut l’une des fondatrices de l’Institut Emilie du Châtelet. Militante féministe depuis les années 1970, elle a milité au MLAC, pour la parité, et pour l’institutionalisation des études féministes (ou «de genre»). Elle est l’une de celles qui, en France, a le plus contribué à sortir de sortir de l’ombre des mots qui existaient au Moyen-Age, à mettre en lumière les femmes grâce à l’écriture inclusive.

Quand et comment vous-êtes-vous intéressée à l’écriture inclusive ?

Au départ, nous ne parlions pas d’écriture inclusive, mais plutôt de «langage non sexiste.» Cette expression est très récente. Depuis toujours, en tant que féministe, je ne comprends pas pourquoi certaines femmes tiennent à se faire appeler par des titres au masculin.

Je travaille sur la littérature de l’Ancien Régime et j’ai participé à la création de la Société pour l’Etude des Femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR) en 2000, Aurore Evain nous a rejointes très rapidement. Avec elle, nous avons ouvert une rubrique sur le site de l’association : la guerre des mots. Nous y répertorions les mots qui ont disparu, tels que «autrice» ou «professeuse», avec les références des textes dans lesquels nous les avons trouvés, pour prouver que ces mots ne sont pas des néologismes… Ils figurent dans des textes du XIV, XVI ou XVIIème siècle ! Le fait de donner les références exactes permet aux gens de voir que nous ne racontons pas des salades, et d’aller chercher par eux-mêmes si la question les intéresse.

Dans notre rubrique, nous avons aussi mis des témoignages de bagarres entre intellectuel.les. Car bien des mots n’ont pas été oubliés : on leur a fait la guerre. Des grammairiens précisent dans leurs ouvrages qu’il ne faut pas les utiliser ; et ils ne les inscrivent pas dans les dictionnaires… D’où le nom de notre rubrique.

Récemment, j’ai vu que Montesquieu avait écrit dans les Lettres Persanes : «les femmes ont été motrices de cette lutte.» Alors, pourquoi dit-on que «la France est moteur de ceci ou cela» ? Non, «la France est motrice.» Si Montesquieu utilise ce mot, pourquoi ne l’utiliserions-nous pas ?

Par ailleurs, je travaille depuis 20 ans sur l’Histoire des relations de pouvoir entre les sexes, et je me suis rendue compte que l’Europe a connu une véritable guerre intellectuelle sur la place des femmes dans notre société…. guerre dont la France a été l’initiatrice. Cette «querelle des femmes» a commencé à monter vers les XIII-XIVème siècles, après la création des universités (strictement masculines). Cela a engendré des débats sur la place des femmes dans l’éducation, la famille, la politique etc. Mais on ne se dispute pas sur la langue avant le début du XVIIème siècle. Et ensuite cette querelle s’envenime, parce que la masculinisation de la langue s’accentue. Je traite de cette question dans mes livres d’histoire, mais je n’avais pas du tout prévu d’écrire un ouvrage sur ce sujet, c’est une éditrice me l’a proposé. Comme le sujet a rencontré un fort écho parmi les féministes, j’ai approfondi le sujet et deux autres livres ont vu le jour. C’est un domaine sur lequel je travaille énormément aujourd’hui.

Quels étaient les usages de la langue française au Moyen-Age ?

La langue d’autrefois est bien moins sexiste qu’aujourd’hui. Jusqu’au XVIIème siècle, les femmes ne sont jamais nommées au masculin. Alors qu’aujourd’hui, cela nous paraît normal de dire par exemple qu’une femme est «directeur» ou «entrepreneur.» Tout le monde en aurait ri, à l’époque ! Dans les langues romanes, on parle des femmes au féminin et des hommes au masculin, grâce à des finales de mots qui s’entendent. Tous les féminins s’entendaient en français jusqu’au XVIIème, parce que les gens avaient besoin de l’entendre. Par exemple, à côté des rares mots en eure (qui viennent de comparatifs latins), comme prieure (féminin de prior), on trouve «prieuresse» : c’est une logique des langues romanes. En France nous avons perdu les finales latines, que l’on retrouve en espagnol ou en italien (par exemple -a et -o), mais nous en avons forgé d’autres en gardant la même logique : les mots qui désignent les femmes sont féminins, ceux qui désignent les hommes sont masculins, et la différence s’entend.

Les anciens types d’accord sont également moins sexistes. Il y a le traditionnel accord de proximité : lorsqu’il y a plusieurs noms à accorder à un adjectif, on l’accorde avec le dernier nom énoncé ou écrit. C’est un accord complètement intuitif. Il y a également l’accord de logique, suivant lequel on accorde avec le nom qu’on estime le plus important. Par exemple, un grand intellectuel du XVIème siècle intitule un livre Le Parnasse des poétes françois modernes, contenant leurs plus riches et graves sentences, discours, descriptions et doctes enseignements, recueillies par feu Gilles Corrozet Parisien. Il écrit recueillies, et non recueillis parce qu’il estime que le plus important dans cette liste de textes, ce sont les «sentences».

En suivant ce modèle aujourd’hui, nous pourrions dire «les infirmières et le traducteur ont été retrouvées saines et sauves», parce qu’il y a plusieurs infirmières et un seul traducteur, ou «la maison et le local à poubelles se sont écroulées», parce qu’on trouve que la première est plus vitale que le second. Ce sont des accords hérités du latin et que l’on retrouve dans toutes les langues romanes. Les francophones les ont utilisés jusqu’à ce que des personnes décident qu’ils n’étaient pas corrects, et que lorsqu’il y avait un masculin dans le lot,  le «genre le plus noble» devait dominer tandis que l’autre devait s’effacer… C’est le genre d’explication que l’on commence à rencontrer au XVIIème siècle.

Mais jusqu’au début du XXème siècle, il n’y a pas d’institution capable de mettre tout le monde au garde à vous, puisqu’il n’y a pas d’école primaire obligatoire. Donc ce que peuvent dire ceux qui émettent les normes, comme les académiciens, n’a pas forcément une grande portée. Les modes d’apprentissages sont très divers. Les anciens usages se perpétuent donc très longtemps – comme les langues régionales.

Parlez nous des accords de logique et de proximité.

Les accords de logique n’ont jamais vraiment disparu, au contraire des accords de proximité qui ont fait l’objet d’un véritable combat. Les accords de logique ont été qualifiés de figures de style : on les retrouve aujourd’hui dans les ouvrages sur la rhétorique, sous le nom de «syllepse.» Il fallait bien justifier le fait que nos plus grands auteurs les pratiquent, on ne pouvait pas dire qu’ils faisaient des fautes… Donc on en a fait une espèce de machin bizarre, auquel ne recourent que ceux (inutile d’ajouter «celles»… on ne les étudie quasiment pas) qui maîtrisent vraiment la langue et qui peuvent «se permettre» de faire des «écarts» avec la norme. En réalité, c’est simplement un accord qui relève d’un choix, alors que l’accord de proximité est intuitif et mécanique.

A quel moment le terme homme a supplanté le terme humain ?

Le mot «homme», qui vient du terme homo en latin, a changé de sens entre le bas-latin et la fin du moyen-âge : homo signifiait «humain», il se différenciait de vir (l’homme) et de mulier (la femme). Cette signification (homme = mâle adulte de l’espèce humaine) s’est installée, et elle domine toujours très massivement aujourd’hui. Mais l’Académie a décidé, à la fin du XVIIème siècle, que «homme» pouvait servir pour parler de l’humanité toute entière, autrement dit que les femmes sont des hommes. Cette conclusion absurde, ils ne l’ont jamais tirée : les académiciens voulaient juste grandir «l’homme» ! Mais elle est inévitable en logique : si homme = humanité, alors homme = femme. La chose a longtemps semblé absurde à tout le monde, et en premier lieu aux juristes puisque le droit n’était pas le même pour les hommes et pour les femmes. C’est pour les hommes, les mâles, que ceux de 1789 ont fait ceux qui figurent dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (la liberté, l’égalité, le droit d’élire et d’être élu, le droit l’exercer tous les emplois…). Mais la petite manip’ a fini par réussir plus ou moins, puisque de nos jours beaucoup de gens y croient. Il faut dire que les masculinistes y travaillent : ils refusent de traduire correctement «human rights», ils ont modifié l’expression «sciences humaines» en «sciences de l’homme», ils ont couvert la France de «maisons des sciences de l’homme»… et ils ont affublé le prétentieux d’une majuscule (dans les années 60)… Que d’efforts pour maintenir une contre-vérité !

La masculinisation de la langue est une construction délibérée, que nous dé-construisons aujourd’hui. La domination du masculin sur le féminin était déjà présente, nous en avons hérité du latin et du grec, puisque les hommes ont toujours dominé la parole publique et l’écriture, mais elle était beaucoup moins prégnante, et moins absurde.

Propos recueillis par Caroline Flepp 50 – 50 Magazine

Imprimer cet article