Articles récents \ Île de France \ Économie Île de France Nadia Kerlan: “Certain.es patient.es nous voient comme leur bonne” 1/2

Nadia Kerlan est aide-soignante à Aulnay-sous-Bois depuis 14 ans. Très engagée, elle est syndiquée à Sud-Solidaires et n’hésite pas à se faire la porte-parole de sa profession. Active sur les réseaux sociaux, où elle se fait appeler “Nadia, Rebelle et Chieuse”, elle interpelle le grand public sur les problèmes de l’institution hospitalière. Rencontre avec une aide-soignante passionnée, dans un hôpital en crise.

Quel est votre parcours ?

J’ai 54 ans et je suis aide-soignante au service de réanimation de l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-bois depuis 14 ans. Auparavant, j’étais adjointe de direction dans des restaurants et je travaillais avec mes parents. Quand ils ont pris leur retraite, j’avais 40 ans et je n’avais pas envie de continuer : cela n’était pas ce que j’avais décidé de faire dans ma vie. Donc j’ai tout plaqué et j’ai passé mon diplôme d’aide-soignante. Je voulais travailler dans un service d’urgence ou un service de réanimation. J’ai eu la chance d’être prise en réanimation à Aulnay, et j’y suis restée.

J’ai aussi passé un diplôme universitaire (DU) d’éthique à l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM) il y a deux ans. Ce DU m’a fait me poser les bonnes questions sur ma prise en charge dans les soins, sur la façon dont j’abordais la maladie ou la fin de vie avec mes patient.es. Pendant un an je suis allée à l’université trois jours par mois, j’ai rencontré de nombreuses/nombreux philosophes, et je me suis recentrée dans ma façon de faire mon métier.

Quelles étaient vos motivations pour devenir aide-soignante ?

J’ai toujours été proche des gens. J’ai été élevée avec des valeurs de gauche (mes grands-parents étaient communistes) et dans l’idée qu’il faut s’occuper des autres, que les autres sont important.es et qu’on ne peut évoluer qu’à leur approche. Quand j’étais en restauration, je prenais soin des gens avec qui je travaillais : ma porte était toujours ouverte.

C’est essentiel pour moi de m’occuper des autres. C’est aussi pour ça qu’aujourd’hui j’ai mes parents à charge, par exemple. Aider les gens c’était tout simplement en moi. Je ne pense pas que cela s’apprenne. Le fait d’avoir envie de prendre soin des autres, de les soigner et de les accompagner dans la fin de vie, c’est quelque chose d’inné.

Je n’ai jamais fait cela pour l’argent, sinon je serais restée dans la restauration et j’aurais fini par diriger un restaurant.

Votre expérience antérieure change-t-elle votre regard sur votre profession ?

Oui, mon regard change. Je suis assez critique à l’égard de la direction, je me dis souvent «si j’avais été cheffe, je n’aurais pas fait les choses de cette façon». Au boulot, j’aime que les choses soient bien faites. Donc, quand elles ne le sont pas, je râle. Je suis très active sur les réseaux sociaux, où j’écris beaucoup sur ma profession. Ma page Facebook s’appelle Nadia Rebelle et Chieuse : je trouve que ça me représente bien (rire).

Il y a peu, j’ai écrit une lettre publique à Agnès Buzin. Je lui dis simplement d’enfiler une paire de baskets (parce qu’on a tellement mal aux pieds qu’on ne peut plus mettre de Crocs) et de venir travailler avec nous une journée. Il faut qu’elle arrête de se cacher dans son ministère et de sortir des solutions toutes faites de son tiroir. Les vraies solutions de l’hôpital public ne se trouvent pas au ministère mais dans le quotidien, avec les soignant.es. Ma lettre a été lue 200 000 fois.

En tant que soignant.es, nous ne sommes pas assez écouté.es, nous ne sommes pas entendu.es non plus. Par exemple, depuis quelques années, certain.es d’infirmièr.es ont tendance à oublier qu’elles/ils ont un rôle propre. Nos rôles sont définis par référentiels ou par décrets. Le décret des infirmièr.es prévoit qu’une partie de leur travail correspond au care, au soin des patient.es. Ces infirmièr.es ont l’impression que le care ne fait pas partie de leurs compétences. Nous entendons de plus en plus de remarques telles que «de toutes façons tu n’es qu’un.e aide-soignant.e, c’est à toi de le faire». Suivant le service dans lequel nous travaillons, nous n’avons pas les mêmes spécificités. En réanimation, nous faisons beaucoup de soins en binôme avec l’infirmièr.e. Nous faisons notamment des gestes qui nous sont délégués et qui ne font pas partie de notre référentiel. Pour remédier à cette situation, un nouveau référentiel va sortir en décembre et élargir nos fonctions. Mais il faut bien avoir conscience que ces gestes ne vont pas faire partie de nos fonctions du jour au lendemain : les aide-soignant.es vont devoir être formé.es.

Pour l’instant nous sommes cantonnées à des actes de soin, de nursing. Nous connaissons les bases de la fonction respiratoire, de la fonction cardiaque, etc. Mais nous n’avons pas le droit de faire une piqûre de glycémie, alors que les gens chez eux le font tout seul. Nous n’avons pas le droit non plus de faire des pansements simples alors que nous le faisons chez nous, lorsque notre enfant tombe par exemple. Je pense qu’il y a beaucoup de gestes que nous pourrions faire même si nous ne sommes pas infirmières, à partir du moment où nous respectons les normes d’hygiène et que nous ne dépassons pas les limites de notre formation. En ce moment, notre rôle, pour parler vulgairement, c’est «vous n’êtes que des pipi-cacas». C’est quelque chose que nous entendons très souvent et contre lequel je me bas.

Votre profession est hyper-féminisée. Avez-vous déjà vécu ou vu des violences sexistes ?

Effectivement, il y a très peu d’hommes dans la profession. Ils sont très impliqués dans leur travail, ce sont des bons soignants et ils ont tout à fait leur place à l’hôpital. Notre profession doit s’ouvrir à toutes les catégories de personnes !

Pour ce qui est des violences : oui ! Nous vivons beaucoup de violences de la part des patient.es et des familles notamment. Il y a peu, un monsieur a dit à une aide-soignante «contente toi de faire ce que tu es bonne à faire» ! Certain.es patient.es nous voient comme leur bonne. Elles/ils pensent que l’hôpital, c’est l’hôtel et qu’ils peuvent nous parler comme à des chiennes. C’est très fréquent. Et cela vient très souvent des hommes. Ils ne parlent pas de la même façon aux infirmiers et aux aide-soignants. Donc il y a un rapport de force qui s’installe avec certains patients. Il y a des familles qui sont dans le déni de la maladie et qui souffrent, bien sûr. Mais certaines sont aussi franchement irrespectueuses, parce qu’elles ont l’impression qu’on est juste là pour laver et à s’occuper de leurs parents. On fait un métier, on prend soin, certes. Mais on ne peut pas être présent.es à chaque instant. Un jour, j’ai répondu à une famille que si notre prise en charge ne leur plaisait pas, il fallait aller dans un hôpital privé et payer pour avoir un.e aide-soignant.e personnel.le. En réanimation, j’ai quatre ou six patient.es dont la prise en charge est très lourde : je ne peux pas être à la disposition d’un.e seul.e patient.e.

Nous vivons aussi des violences sexistes de la part de certains médecins, qui font des «blagues» salaces ou qui ont certaines réactions parce que nous sommes des femmes. Beaucoup de médecins sont machos. Et puis, il y a des violences de la part de certaines femmes qui ont un grade dans l’hôpital. Le harcèlement à l’hôpital se fait très souvent par des femmes.

Il y a quelques années, ma fille, qui est aide-soignante aussi, a subi du harcèlement de la part d’un médecin et de femmes gradées. Ma fille a une endométriose de stade 2 (1), elle essayait d’avoir un.e enfant et elle venait tout juste de faire une fausse couche. Ils ont décidé de la mettre en salle des naissances. Ils savaient très bien qu’elle venait de faire une fausse couche ! Une nuit, elle va voir le cadre de santé de nuit et lui dit qu’elle ne peut pas rester sur ce pôle, que dans son état cela n’est juste pas possible. Donc le cadre de santé la transfère aux urgences. Le gynécologue avec qui elle devait travailler en salle des naissances a fait une lettre à la direction. Quand on est gynécologue, qu’on a en face de soit une jeune fille qui a une endométriose et qui vient de faire une fausse couche, on ne pas décemment la descendre auprès de la direction. Quand on connaît les souffrances d’une femme atteinte d’endométriose, qui essaye d’avoir un bébé et qui n’y arrive pas, on ne peut pas lui dire «c’est comme ça, pas autrement, tu vas en salle des naissances» ! En tant que gynécologue, il aurait dû la comprendre.

Cette histoire m’a poussée à me syndiquer à Sud-Solidaires. Je suis devenue déléguée syndicale pour protéger mes collègues et protéger les gens auprès de qui je travaille contre toutes formes d’agression.

Propos recueillis par Bénédicte Gilles 50 – 50 Magazine

(1) L’endométriose, la maladie de l’ombre

Imprimer cet article