Brèves WC publics avec extension pour l’exercice de la prostitution

Le cynisme de la mairie de Berlin, attaquée par les habitant.es d’un quartier chaud pour les inconvénients du voisinage des prostituées, est absolu.

Un nouveau modèle de WC y a été conçu. Légèrement plus spacieux, il disposera d’une double porte, une sorte de sortie de secours. La mairie et les concepteurs de ces toilettes publiques prennent donc acte du danger que courent leurs usagères. Ces lieux sont bien conçus pour être des lieux d’exercice du droit de violer contre de l’argent. Et, bien sûr, ce sont des toilettes sèches d’où leur label “bio”.

Cette mesure est destinée à améliorer les conditions de “travail” et de sécurité des “travailleuses du sexe” et à calmer les habitant.es qui retrouvent des excréments dans leurs cages d’escaliers et des préservatifs usagés partout. Le nombre de prostituées actives dans ce quartier est estimé à 180, les habitant.es avaient demandé une interdiction de racolage sur la voie publique.

La survivante Huschke Mau déplore que la pensée des prostitueurs consistant à réduire les femmes à des “WC à sperme” dirige encore et toujours la pensée politique. Les politiques publiques se limitent à l’endiguement d’un mal nécessaire et non à une lutte active contre l’exploitation sexuelle.

Imprimer cet article