Brèves Tariq Ramadan: la misogynie décomplexée

Après avoir payé une caution, l‘islamologue auto proclamé, Tariq Ramadan, inculpé de cinq viols est sorti de prison mais reste sous le coup d‘une interdiction de sortie du territoire. Il veut donner une conférence le 29 Novembre à St Germain-les-Corbeil, sur le thème: „résister avec foi et intelligence“. 

L‘auteur d‘une trentaine de livres, dans lesquels il louvoie entre des théories favorables à la charia et et les louanges de la laïcité à la française, a reconnu avoir eu des relations extra conjugales avec cinq femmes, toutes “volontaires”. Les plaignantes, elles, l‘accusent de viols.

Cet homme a utilisé la religion comme un outil d‘auto promotion pour satisfaire son rêve de devenir une star mondiale de l‘islam, rêve qui ne se réalise pas car il n‘est connu qu‘en Suisse et en France où il vit et a vécu; il est pratiquement inconnu dans le monde arabe. Très prestigieux dans certains milieux musulmans en Europe, il a été consulté par ses plaignantes en tant que théologien et directeur de conscience. C‘est lors de ces entretiens où elles lui accordaient leur confiance que Tariq Ramadan les a violées.

D‘aprés Ramadan, les femmes sont des objets de convoitise pour les hommes, elles portent la responsabilité des désirs qu‘elles suscitent, et doivent être pudiques. Pire, interrogé sur la lapidation, il répond qu‘elle n‘est certes „pas applicable“ mais il refuse de la condamner.

Depuis sa sortie de prison il prépare son retour sur la scène médiatique. Ne laissons pas cet imposteur misogyne prédateur sexuel retrouver son aura de vedette de l‘Islam français:  interpellons le maire de St Germain-les-Corbeil et le préfet de l‘Essonne.

Imprimer cet article