Articles récents \ Matrimoine La Folle Enchère de Mme Ulrich et le rire des femmes sur les femmes

Depuis l‘antiquité jusqu‘à l‘époque moderne, il a été  impossible aux théâtres de faire jouer des femmes sur scène. Les quelques rares rôles féminins étaient toujours joués par des hommes travestis. Les autrices de théâtre sont restées des exceptions si bien que pendant des siècles le théâtre est resté un art masculin, écrit par et pour les hommes, joué par et pour les hommes, les femmes étant tolérées dans le public malgré la réprobation de l‘église pour ce loisir, toujours suspect d‘être immoral et inconvenant. La Folle Enchère, pièce de Mme Ulrich jouée pour la première fois en 1690, est jouée au théâtre de l‘Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes et mise en scène par Aurore Evain.

Lorsque les femmes apparaissent sur scène au XVIème siècle, elles jouent masquées. Au XVIIème siècle, avec la Contre réforme, la réprobation de l‘église pour le théâtre s‘assouplit et s‘apaise. Le travestissement devenant, lui, de plus en plus inacceptable, et réprimé comme l‘homosexualité, il fallut s‘accommoder de la présence des femmes sur scène. Les actrices apparaissent. Le mot féminin pour ce métier n‘existait pas, il fallut l‘inventer. Lorsqu‘il s‘impose le mot „autrice“ qui existait jusque-là, disparait, banni par l‘Académie Francaise qui commence à cette époque son travail de masculinisation de la langue francaise. Actrice est alors un mètier acceptable pour une femme, alors qu‘autrice ne l‘est plus, comme s‘il était impensable de laisser les femmes investir tous les métiers du spectacle vivant à la fois, comme si en montant sur scène elles perdaient toute légitimité à écrire.

A la fin du XVIIème siècle la Comédie française joue quelques pièces d‘autrices qui ne sont pas passées à la postérité, non qu‘elles n‘en aient pas eu la qualité mais parce que leurs autrices étaient considérées comme illégitimes. La folle Enchère de Madame Ulrich fut de celles-là. En 1690, c‘est sous le nom de son amant Florent Dancourt, un comédien, que la pièce est publiée et ce n‘est qu‘en 2011 qu‘elle parait enfin sous le nom de son autrice véritable.

Redécouverte d’une autrice

Dans une mise en scène d‘Aurore Evain, La Folle Enchère est jouée au théâtre de l‘Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes par la Compagnie La Subversive, qui respecte les tournures comprenant des mots et des pronoms féminins que l‘Académie Francaise a mis tant d‘énergie à bannir de notre langue depuis le XVIIème siècle. Dans la pièce c‘est bien le pronom „la“ qui est utilisé pour désigner une femme même si le „le“ a été imposé : „Vous êtes jeune, Madame- Assurément je la suis“.

Car c‘est bien de ce combat imposé aux femmes qu‘il s‘agit dans cette pièce: rester jeune, paraitre jeune, défier non seulement le temps mais la succession des générations, cette injonction à l‘éternelle jeunesse où chaque mère échoue, prise au piège de sa progéniture, qui, devenue adulte, est éventuellement susceptible d‘en faire une „bonne Maman“. La Folle enchère est une comédie où ce sont des femmes qui se moquent des femmes et se bernent l‘une l‘autre. L‘homme, (joué parfois par une femme travestie) n‘est que l‘enjeu, presque subalterne, de cette folie, où les normes de genre sont à la fois utilisées, parodiées et subverties.

Des costumes burlesques et un accompagnement musical délicieusement anachronique en font un spectacle divertissant et d‘une grande qualité littéraire, un moment de jubilation théâtrale, fidèle à l‘histoire de la langue et fidèle à notre histoire à nous toutes.

Florence-Lina Humbert 50-50 magazine

La Folle Enchère théâtre de l‘Épée de bois à la Cartoucherie de Vincennes

Jusqu’au 8 décembre 2019
Samedi à 17 h et 20h30
Dimanche à 17h

Imprimer cet article