Articles récents \ Monde Soad Baba Aissa : ” les Algériennes sont au cœur de la Révolution du sourire “

Depuis 10 mois l’Algérie se soulève contre le pouvoir militaro-bureaucratique.  Des dizaines de milliers de femmes et d’hommes de toutes générations manifestent pour une Algérie libre et démocratique. Soad Baba Aissa est vice présidente de l’Alliances des Démocrates de la Diaspora Algérienne (ADDA), elle fait le point sur les luttes qui voient les femmes en première ligne.

Peux tu faire un résumé de la situation aujourd’hui en Algérie ?

Sur le ton humoristique, je dirai que nous sommes passés en février 2019 à un “Peuple sans président”, sous l’ère Bouteflika (1) à un “Président sans peuple” depuis le 12 décembre 2019

Le formidable soulèvement populaire de février 2019 initiée par la jeunesse (2) des quartiers populaires, a mobilisé toutes les forces sociales, avec une présence spectaculaire des femmes, sans leader ou parti politique. D’une ampleur inédite, ces manifestations ont conduit au rejet du cinquième mandat présidentiel d’Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril 2019. Après 10 mois de manifestations pacifiques, les Algériens et les Algériennes et la diaspora algérienne à travers le monde sont dans une véritable communion pour revendiquer la liberté et la démocratie. D’ailleurs, il est incroyable d’entendre dire que ce Peuple ne propose rien. Justement, il propose de mettre fin à ce système et reconstruire une nouvelle Algérie libre et démocratique.. Il veut l’abdication du pouvoir de fait, Il veut s’affranchir de cette caste militaro-bureaucratique qui exerce le pouvoir, sans partage, depuis 1962, en détournant les idéaux de la lutte de libération. Elle a tronqué l’histoire par l’amnésie nationale dont celle de la terreur islamiste des années 90. Le pouvoir autocratique a détruit les institutions, la souveraineté nationale, détourné les richesses, jeté la jeunesse à la mer, spoliée les femmes de leur citoyenneté. Il a organisé la rapine et la corruption au plus haut niveau de l’Etat.

L’indifférence de ce pouvoir face aux revendications des citoyen.nes est une posture inacceptable. Il nie la volonté de tout un peuple d’accéder à une véritable transition démocratique arguant l’instabilité et le chaos. Les intimidations, les arrestations arbitraires, les détentions abusives de personnes âgées de 17 à 89 ans, se font sur des motifs fallacieux et en dehors de tout cadre juridique comme celle de manifester avec l’emblème Amazigh ou de porter atteinte au moral de l’Armée. Tout cela avec la complicité d’un système judiciaire aux ordres et corrompu.

Après avoir tenté d’organiser des élections présidentielles en avril et juillet 2019, les élections de ce 12 décembre, avec les cinq candidats de l’ère Bouteflika, ont bien eu lieu. Contestées, elles sont un véritable viol de la souveraineté du peuple Algérien par l’Armée, colonne vertébrale du pouvoir. Marqué par une abstention record dès le 7 décembre dans la diaspora algérienne et une désaffection à 90 % le 12 décembre en Algérie, le scrutin s’est déroulé dans un contexte de contestation massive et inédite depuis l’indépendance en 1962.

Le Chef d’état major “prestidigitateur” de l’Armée, se cache, à nouveau, derrière le ravalement de la façade d’un président civil, Abdelmadjid Tebboune, garant des intérêts de la caste dont il est issu.

Abdelmadjid Tebboune est un président sans peuple. Le rejet de cette illégitime élection par un énième coup de force de l’armée s’est illustré par les manifestations pacifiques des 12 et 13 décembre réprimées par la police et la gendarmerie. A Alger, Bejaia, Bouira, Tizi-Ouzou et autres localités, les manifestant.e.s sont matraqué.es. A Oran, près de 400 personnes sont arrêtées, la répression policière (3) est inouïe, les coups de matraque éborgnent, mutilent, l’utilisation excessive de gaz lacrymogène a entraîné la mort d’un manifestant.

Jusqu’ici le pouvoir a toujours réussi à diviser le peuple, en désignant la Kabylie et en réduisant son long combat aux revendications régionalistes, mais aujourd’hui, le peuple algérien témoigne d’une maturité politique, d’une conscience nationale et d’une solidarité animées par un même objectif : se débarrasser de ce système politique et de son oligarchie qui écrasent toute la société. La population est déterminée à mettre en place une gouvernance qui émane de sa volonté, un système politique réellement démocratique. Il veut libérer ses institutions, la justice, la presse, les partis.

Comment cette caste qui tient tête à des millions d’Algériens et d’Algériennes depuis février 2019, se ferait la championne des droits humains, de la démocratie, de la justice sociale, tout ce qu’elle combat depuis des décennies ? La colère de la population ne pourra s’apaiser. Si la libération des détenu.e.s politiques doit être immédiate, elle ne doit pas devenir une monnaie d’échange pour faire passer la pilule.

Aujourd’hui, le mouvement populaire en Algérie, comme dans la diaspora, doit continuer à se mobiliser en conservant son caractère pacifique pour la concrétisation des revendications citoyennes..

Les femmes sont-elles nombreuses à se mobiliser, à manifester ? Ont-elles des revendications spécifiques ?

Depuis le début du soulèvement, les Algériennes sont au cœur de la Révolution du sourire. Tous âges confondus, elles manifestent massivement et pacifiquement à travers tout le pays. Les premières images de la révolution nous montrent que les Algériennes et les Algériens portent des revendications collectives pour la construction d’un Etat de droit, que les hommes ne sont pas les seuls à demander un changement de régime politique, la justice sociale, la démocratie,

La manifestation du 8 mars 2019, journée internationale des droits des femmes, est impressionnante. Dans une mixité retrouvée, hommes et femmes sont côte à côte dans une espace presque exclusivement masculin. Pour les femmes, il est hors de question que cette fois-ci, elles se retrouvent au second plan. Elles prennent leur destin en main et écrivent activement l’histoire. Les femmes manifestent en brandissant des banderoles dont les slogans posent sur la scène publique des revendications féministes “Il n’y aura pas de démocratie sans droits des femmes », “Notre indépendance doit rimer avec liberté et démocratie.

De plus, la présence de carrés féministes, à Alger, Béjaia, Constantine, Oran, exprime que le combat pour la citoyenneté est liée à cette lutte pour un Etat de droit, il ne peut se concevoir sans l’égalité entre les femmes et les hommes et plus particulièrement par la suppression du Code de la famille, première violence institutionnelle faite aux femmes. Depuis 1984, ce texte de loi institutionnalise la domination masculine et confine les femmes dans un statut de mineures à vie en les enfermant dans le rôle traditionnel de filles, de sœurs, d’épouses, de mères, de… non citoyennes.

En France, les femmes de la diaspora sont aussi très présentes et sont aussi concernées que les hommes par le destin de leur pays et sont souvent en première ligne. Le code de la famille algérien a aussi des répercussions dans la vie des femmes binationales et immigrées.

Fin mars 2019, des hommes agressent, verbalement et physiquement, le carré des organisations féministes en argumentant que leurs revendications ne sont pas une priorité. C’est le signe que l’Etat algérien a réellement entravé leur citoyenneté et soumis les femmes au modèle patriarcal en institutionnalisant leur infériorisation. Dans les rues et sur les réseaux sociaux les hommes tentent de refuser la légitimité des revendications d’égalité des droits en imposant la priorité de l’union de tous, que les féministes travaillent à la division du mouvement de contestation. «Ce n’est pas le moment”… Vous divisez le mouvement». “Après on fera le travail nécessaire pour éduquer et libérer les mentalités », la société algérienne n’est pas prête, parler d’égalité femmes/hommes est une question clivante….

Pourquoi ne serait-ce “pas le moment” de revendiquer l’égalité des droits ?

Les féministes ont le sentiment que l’histoire bégaie pour les femmes algériennes. La présence de trois générations des femmes, celles qui ont combattu en 1954 et 1962, celles qui ont résisté activement au diktat du terrorisme islamiste dans les années 90, est très symbolique, un message à la jeune génération : “ Ne loupez pas votre révolution”.

Samira Messouci, élue au sein de l’APW (4), Nour-al Houda Dahmani, étudiante en droit, détenues politiques, subissent les mêmes violations des droits humains de la part du pouvoir dictatorial. N’est ce pas là l’enjeu de l’égalité ? Les droits des femmes ne sont pas une part cessible des droits humains.

Fait inédit, dans les coins les plus reculés du pays, nous voyons les visages de ces femmes qui osent prendre la parole devant des parterres d’hommes les écoutant avec admiration, elles s’expriment sur les réseaux sociaux. Les femmes se sont imposées par leur conscience politique, elles intègrent une réflexion sur cette révolution pour laquelle le pacifisme doit l’emporter sur toutes les formes de violence. Leur mobilisation montre clairement que les femmes souffrent des violences liées au genre jusqu’aux violences exercées par l’Etat, en passant par les violations des droits humains. Dans ce contexte politique, le travail des avocates est colossal pour assurer la défense des détenu.es politiques, soutenir leurs familles. Le courage de certaines femmes juges font honneur à la justice, elles incarnent l’espoir de ce peuple épris de liberté, de justice et de dignité.

L’égalité des droits est une priorité au cœur de cette Révolution du sourire. Les féministes et les femmes démontrent que l’égalité n’est pas acquise et reste la condition sine qua none liée à leur citoyenneté. Le féminisme s’intègre dans l’ensemble de ce mouvement social qui demande un Etat de droit. La revendication d’égalité des droits est en phase avec le moment politique.

Les droits des femmes ne peuvent attendre “le bon moment”. Le slogan “Itnehaw ga3” (5), ne peut se limiter aux représentants et aux symboles de ce système politique. En effet, la mixité n’élimine pas le sexisme. Ce mouvement social d’ampleur révolutionnaire doit prendre en compte les revendications sociales et sociétales et travailler à une révolution dans les mentalités. Itnehaw ga3, c’est aussi l’abrogation du code de la famille, l’instauration de lois civiles égalitaires séparant la religion du champ politique.

La future République ne pourra pas s’ancrer dans une modernité politique sans l’égalité entre les femmes et les hommes promise dès la lutte pour l’Indépendance.

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

1 Un peuple sans président depuis l’AVC d’Abdelaziz Bouteflika, que l’oligarchie militaro-bureaucratique a maintenu “au pouvoir”. Le 3ème mandat en 2009 était déjà le mandat de trop.

2 Les jeunes de moins de 30 ans représentent 70 % de la population, le taux de chômage des jeunes est de 11,7 % en 2018 (1,440 millions). Taux de chômage des hommes 9 % des femmes 19,4 %.

3 Bilan : 2 morts, 4 387 blessés dont 422 blessés à l’œil.

4 L’assemblée populaire wilayale (APW) est l’instance délibérante de la wilaya (département) en Algérie.

5 “Itnewa ga3” : “ils doivent tous partir, ils doivent tous dégager”

Photo : Soad Baba Aissa le 17 octobre dernier à Paris lors d’une manifestation de solidarité avec les Algérienn.es en lutte.

 

Photo

Imprimer cet article