Brèves On arrête toutes : la grève féministe se construit tous les jours

Mobilisées aujourd’hui contre le projet de loi sur les retraites, le 8 mars 2020 on fait la grève féministe.

Dans de nombreux pays déjà, depuis que les féministes polonaises l’ont initiée en 2016 pour lutter contre de nouvelles restrictions sur l’avortement, depuis que les Argentines l’ont reprise en 2017 contre les violences, la grève féministe s’étend. En 2019, en Europe, l’Espagne, la Belgique, l’Italie, la Suisse, l’ont incarnée magnifiquement, inscrivant durablement les forces féministes dans les enjeux politiques locaux.

La grève féministe est une nouvelle conception de la grève. Elle vise à montrer le rôle fondamental des femmes dans toutes nos sociétés. Elle montrera que si les femmes s’arrêtent, tout s’arrête. Elle reprend toutes les thématiques qui concernent les femmes, dans la sphère dite privée : grève des tâches ménagères par exemple, du travail domestique. Dans la sphère publique : grève du travail rémunéré, des études et de la consommation qui pousse au gaspillage effréné sur une planète soumise aux prédateurs capitalistes. La grève féministe c’est aussi la défense de tous nos droits. Pour défendre l’avortement, contre les violences, etc.

Bref, la grève féministe concerne tous les aspects de la vie des femmes. [..] Mais attention, qu’on ne s’y trompe pas, nous luttons tous les jours pour nos droits !

Nous sommes aujourd’hui engagées dans la lutte pour le retrait de la « réforme » des retraites d’Emmanuel Macron.Le pouvoir prétend que les femmes seront « les grandes gagnantes » de cette réforme. Mais, comme avec toutes les « réformes » antérieures, ce sont les femmes qui seront le plus touchées. Parce que cette réforme ne fera qu’amplifier les inégalités existantes entre les femmes et les hommes.

Prendre par exemple en compte la totalité de la carrière pour calculer la pension ne pourra que mécaniquement nuire en priorité aux femmes qui ont les carrières les plus hachées, les plus heurtées. Sans parler du rabotage des conditions d’obtention de la pension de réversion dont les femmes sont bénéficiaires à 90%. Cette « réforme » est une réforme de régression sociale.

La grève féministe se construit tous les jours, particulièrement dans ce mouvement social.

Aujourd’hui en lutte, le 8 mars, On Arrête Toutes.

Imprimer cet article