Brèves Quand Nabokov rabattait le caquet de Bernard Pivot

En 1975, Bernard Pivot recevait Vladimir Nabokov, auteur du célèbre roman Lolita qui plonge la/le lectrice/lecteur dans l’esprit d’un pédocriminel assumé dont Lolita, 12 ans, est la proie.

Le propos de ce roman, dérangeant et splendide, a été malheureusement biaisé par celles et ceux qui l’ont lu sans comprendre. Ces personnes, et elles sont nombreuses, ont qualifié Lolita de « nymphette », de petit bout de femme perverse et séductrice… Elles ont adopté le point de vu du pédocriminel, faisant ainsi preuve d’un esprit critique et littéraire proche du néant.

Dans cet extrait de l’émission Apostrophes, Nabokov leur répond, exaspéré de ce que l’on raconte de son personnage. Non, Lolita n’est pas une « petite fille perverse », comme le prétend Bernard Pivot, goguenard et (encore une fois) à côté de la plaque. Lolita est une « pauvre enfant », elle est la victime de cet homme trop âgé, qui l’arrache à son enfance, la viole, la broie.

Des propos à méditer dans le contexte de l’affaire Matzneff.

Imprimer cet article