Culture Electre ou l’Œdipe au féminin

Electre s’inscrit dans la mythologie grecque des Atrides. La pièce débute après la mort du roi de Mycènes, Agamemnon, assassiné par son épouse Clytemnestre et son amant, Égistre. Les amants terribles règnent sur la cité. Electre, fille d’Agamemnon et de Clytemnestre, fait tuer sa mère et son amant par son frère Oreste pour venger la mort de son père.

Le mythe d’Electre a inspiré de nombreux tragédiens de l’Antiquité jusqu’au XXème siècle. C’est une femme qui n’aura ni mari, ni enfant et qui s’interdit de vivre le destin commun des femmes. Un mythe intemporel par ses thèmes, l’amour du père, le conflit mère/fille et la jeune fille et la mort.

Pascal Larue adapte deux textes que 23 siècles séparent (1), dans un travail inventif, sublime et magique, mêlant chorégraphies, chants et violoncelle joué sur scène. Majestueusement interprétée par un chœur de femmes –les servantes– et par une Electre envoûtante, la pièce nous plonge dans la tragédie dès les premières minutes. Le décor japonisant et rouge sanglant nous amène dans une cité où règne l’ordre patriarcal.

Interview de Pascal Larue :

Orestre, le frère d’Electre, est la seule présence masculine. Il est mis en scène en marionnette humaine masquée, en référence à l’art asiatique, et se meut à l’aide de baguettes. Il n’intervient qu’à la fin de la pièce pour tuer sa mère. Electre est au centre de cette pièce accompagnée de servantes, de sa sœur Chrysotémis et de sa mère Clytemnestre. Cette jeune fille refuse tout amour et désir. La pièce pose la question du rôle des femmes dans un monde agressif et perturbé.

Le mythe interroge sur la quête d’identité : que suis-je ? Où est ma place dans ce monde ? Est ce que j’occupe vraiment ma place au sein de la mythologie familiale ? Autant de questions qui, 23 siècles après Sophocle, continuent d’être posées.

Un spectacle merveilleux à ne pas manquer !

Plus d’informations le site de la compagnie.

Extrait du spectacle :

Virginie Baldeschi – EGALITE

(1) Sophocle a écrit Electre au 5ème siècle avant Jésus-Christ.

Hugo Von Hofmannsthal (1874-1929) l’ a adaptée en 1905.

  • Compagnie du théâtre de l’enfumeraie
    Mise en scène et adaptation : P. Larue
  • Avec : S. Balasse, P. Barbotin, C. Behr, O. Frédeval, A. Hamelin, V. Picard,
  • S. Rugraff, A. Svetovaya
    Scénographie : F. Verron
    Musique : S. Balasse
    Masques : E. Goulay
    Costumes : A. VitourElectre à Avignon
  • du 8 au 30 juillet 2011
    PRESENCE PASTEUR
    13, Rue du Pont Trouca
    84 000 Avignon
    Relâche les lundis 11, 18 et 25 juillet
    Tarif : plein 14 euros, carte off 10 euros