Brèves L’association Femmes solidaires priée de ranger ses banderoles de promotion du cyclisme féminin

Dimanche 24 juillet, l’association Femmes solidaires était présente à la station de métro Tuileries pour l’arrivée du Tour de France. Muni-e-s de banderoles « à la TV, pas de filles hors-jeu », les militant-e-s souhaitaient alerter l’opinion publique sur l’absence de couverture médiatique des courses de cyclisme féminin, et des sports pratiqués par des femmes en général.

Alors qu’elles avaient été tolérées dans la caravane du Tour, quelques minutes avant l’arrivée des coureurs sur les Champs-Elysées, les forces de l’ordre ont prié les militant-e-s de ranger les banderoles jugées « trop politiques ».

L’association fait remarquer que : « Les drapeaux nationaux, représentations politiques des nations, sont autorisés alors que la lutte contre le sexisme, valeur reconnue par l’Onu comme universelle, reste considérée comme impropre dans cette manifestation sportive, la plus médiatisée au monde. »

Femmes solidaires appelle la direction du Tour, la ministre des Sports, la Fédération française du cyclisme, France télévision et les coureurs du Tour à se mobiliser contre le sexisme : « Dans le sport, et le cyclisme en particulier, les filles n’ont-elles pas d’autres places que celle de distribuer des fleurs en tenue légère, danser sur les chars dans la caravane pour promotionner un saucisson ou une marque de lessive et finalement juste regarder les garçons rouler ? »