Brèves Dans les manuels scolaires, l’histoire s’écrit toujours au masculin !

« La persistance d’une sous-représentation des femmes dans les manuels scolaires ou le maintien de représentations stéréotypées est une forme de violence : celle des chiffres, celle des mots », regrette Djeneba Keita, présidente du Centre Hubertine-Auclert et conseillère régionale, en commentaire des résultats d’une récente étude menée par l’institut.

Le Centre Hubertine-Auclert vient en effet de dévoiler les résultats de son étude « Histoire et égalité femmes-hommes : peut mieux faire ! La représentation des femmes dans les nouveaux manuels d’histoire de seconde et de CAP en 2010 ».

Onze manuels d’histoire ont été étudiés. Un seul a reçu les « encouragements égalitaires » du jury composé de personnalités politiques et associatives et présidé par l’historienne Annette Wievorka. Pas un seul n’a reçu de « prix d’excellence ».

Exemples : sur les 339 biographies proposées dans les manuels étudiés, 11 sont consacrés à des femmes, soit 3,2 % des biographies, et 95,8 % des documents présentés dans l’ensemble des manuels ont pour auteur un homme.

Les auteur-e-s de l’étude et le jury plaident donc pour la promotion d’une histoire plus équilibrée, « parce qu’une histoire masculine ne renvoie qu’à l’histoire de la moitié de l’humanité et parce que la lutte contre l’effacement des femmes de la sphère publique doit favoriser l’adoption d’une véritable culture de l’égalité ».

Voir la synthèse de l’étude et les chiffres clés.

 

 

Imprimer cet article