Brèves Trois associations vont porter plainte lundi contre le Conseil constitutionnel

Après l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), le 5 mai dernier, le collectif Ruptures, la Maison des femmes de Paris, et la Coordination lesbienne de France iront porter plainte contre le Conseil constitutionnel.

Le lundi 21 mai, à 17h30, les trois associations se rendront au commissariat du 12e arrondissement de Paris, pour déposer une plainte contre l’institution pour trouble à l’ordre public, suite à l’abrogation de la loi contre le harcèlement sexuel.

« En plus du trouble à l’ordre public, le Conseil constitutionnel est responsable de la mise en danger de toutes les victimes de harcèlement sexuel en France », ont déclaré les associations, qui appellent « à un soutien physique et moral ».

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a indiqué jeudi soir sur TF1 qu’une nouvelle loi était « déjà en préparation » pour combler le vide juridique laissé par l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel. Le nouveau texte devrait voir le jour « avant l’été ».