Articles récents « Bluets Debout » : la maternité des Bluets encore en danger

La maternité les Bluets est une nouvelle fois en danger. Mise à l’écart de son nouveau directeur, crises internes … le personnel dénonce les méthodes d’intimidation pratiquées par l’association gestionnaire. Une grève devait avoir lieu hier mais l’autorisation n’a pas été accordée. Touche pas aux Bluets, l’association de parents, personnels et ami-e-s de l’hôpital, a lancé une pétition : «Bluets Debout».

L’Hôpital les Bluets, fondé par les métallos CGT en 1947, réunit à la fois une maternité, un centre de santé, un centre de PMA et un centre de Planification et d’IVG. Établissement pionnier de l’accouchement sans douleur, les Bluets se sont toujours battus pour maintenir un véritable accompagnement des femmes et pour le respect de leurs choix. En 2012, la maternité risque une liquidation judiciaire et, depuis, les directeurs se succèdent.

Crise entre le personnel et l’association gestionnaire

Après avoir traversé de longues crises, la maternité des Bluets avait retrouvé une certaine stabilité depuis la nomination en tant que directeur de Thomas Lauret, élu PS du 16e, en septembre 2015.

Coup de théâtre ! Le 14 avril, l’association Ambroise-Croizat, gestionnaire des Bluets, décide de mettre fin à la collaboration avec le directeur. L’ensemble du personnel, toute profession confondue, s’unit et s’oppose à cette mise à pied lors de l’assemblée générale et réclame les raisons de cette décision soudaine. Comme nous explique l’une des salariées, « Thomas Lauret est très professionnel, un très bon manager.» Pour la première fois, il y a une véritable cohésion avec un directeur. Elle rajoute que «tous les deux ou trois ans, l’association Ambroise-Croizat renvoie le directeur. Avant Thomas Lauret, nous avons eu pendant 15 mois un directeur fantoche qui était payé une fortune.» Il y a un ras-le-bol des changements successifs de direction.

Le 16 avril, et contre l’avis de l’écrasante majorité du personnel, l’association destitue Thomas Lauret de ses délégations de gestion. La situation est tristement cocasse, le propre directeur ne peut plus signer de documents. L’association gestionnaire a désormais la main mise et le dernier mot sur la gestion de la maternité, à l’heure où les tensions internes ne cessent d’augmenter.

La mobilisation du personnel des Bluets

Le personnel dénonce des pratiques d’intimidation et de harcèlement pratiquées notamment par la directrice de l’association Ambroise-Croizat.

Le personnel réclame le retour immédiat de Thomas Lauret. Une grève devait commencer hier mais le personnel a subi des pressions, il n’a pas réussi à obtenir la permission alors que le préavis avait été voté à l’unanimité lors de l’assemblée générale. La pétition  réclame que «tout ce qui fait le modèle des Bluets soit sauvé (…) que l’équipe de direction actuelle soit conservée et que cessent le harcèlement et l’intimidation.» De plus, le personnel réclame le départ immédiat de l’équipe de direction de l’association Ambroise-Croizat.

Charlotte Mongibeaux 50-50 magazine