Articles récents 8 mars au Brésil : le silence des médias

Le 8 mars 2017, journée internationale pour les droits des femmes, a été marquée par une appel, dans des dizaines de pays, à la grève des femmes. Partout dans le monde, elles sont payées moins que les hommes et travaillent donc gratuitement chaque jour plusieurs heures. Au Brésil le très fort mouvement de cette année n’a rencontré que l’indifférence, le mépris des médias.

Ce 8 mars 2017, le Brésil a vécu la plus grande manifestation de rue du mouvement féministe depuis 30 ans. Comme partout ailleurs dans le monde, les mots d’ordre du mouvement féministe étaient : “Les femmes en grève” , « Nous nous arrêtons, pour la vie des femmes » et puis « Notre corps nous appartient ; pour la légalisation de l’avortement » et enfin “ Temer (1) dehors ».

8 de março 2017

Dans tous les États du pays, Il y a eu de grandes manifestations, mais ici, au Brésil, le président, Michel Temer a fait un discours élogieux sur le rôle des femmes à la maison, dans l’éducation des enfants. Il a aussi prôné la fiscalisation des prix des marchandises dans les super-marchés. 

Et les grands média ont eu un comportement lamentable. Ainsi, le discours dépassé, inadéquat et machiste de Temer a été fort médiatisé alors que les manifestations de rue du 8 mars ont été passées sous silence.

3cf6a747-cdbd-4c8e-9e5f-cd54e903ba54

Le résultat du match de Barcelone contre le Paris St. Germain (PSG) a dominé le journal télévisé national. Pas un mot sur les manifestations des femmes. Pas un hélicoptère pour mesurer et photographier la marche à São Paulo. Aucune information dans les  journaux de la nuit, aucun article dans les journaux matinaux du lendemain. Les grands média brésiliens ont démontré, encore une fois, leur approche sélective des informations. .

Une honte nationale ! 

 

Rachel Moreno 50-50 magazine

1 Michel Temer est président du Brésil depuis le 31 août 2016.

 

image_pdfimage_print