Articles récents La campagne de Solidarité Femmes alerte sur les violences conjugales

Cette année, la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) a voulu communiquer sur ce qui permet de sortir des violences. L’association, a été labellisée Grande Cause Nationale 2018 qui a pour thème la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Au travers d’un film, elle présente le parcours emprunté par celles qui sortent des violences. La Fédération donne également des informations sur le profil des femmes accueillies et les actions qu’elle réalise.

Le film Choisir la vie – sortir des violences avec solidarité femmes, retrace l’histoire d’Alice, depuis son appel au secours jusqu’à son relogement. Son déroulement met en valeur les professionnel.le.s  intervenant tout au long du parcours de ces femmes : les écoutant.e.s du 3919, les assistant.e.s sociales, les psychologues, les juristes, les équipes du réseau national FNSF.

Une présentation des Mises En Sécurité

Les actions de Solidarité Femmes se font principalement par le biais d’une »Mise En Sécurité”. Il s’agit d’une mise à l’abri d’une femme victime de violences conjugales, dans un lieu sécurisé, avec la participation active de celle-ci, après qu’ait été évaluée avec elle la dangerosité de sa situation. Parmi les femmes qui en bénéficient, 90% sont là pour des violences conjugales, 19% sont victimes de violences intra-familiales et 9% de mariages forcés.

Les violences dont ces femmes sont victimes sont de six types : verbales, psychologiques, physiques, sexuelles, économiques, et administratives.  Les femmes bénéficiaires d’une MES cumulent plusieurs types des violences.

Plus de 95% d’entre elles sont victimes de violences verbales, psychologiques et physiques, très graves. 67% sont victimes de violences économiques et 44% de violences sexuelles. Les violences administratives représentent près d’un tiers des violences déclarées. Parmi les femmes mises en sécurité, 79% ont été menacées de mort et plus d’une sur trois a été menacée avec une arme. Dans 16% des situations, l’agresseur a attenté à leur vie.

Les chiffres 2017

+ 52 % d’augmentation des appels pour violence sexuelle (hors couple)

46 449 appels pris en charge

4800 victimes hébergées et suivies dans des centres spécialisés

788 femmes en grand danger mises en sécurité

7745 femmes et enfants soutenu.es vers la sortie des violences lors d’accueils collectifs (groupes de parole, ateliers pour les enfants)

+ de 30000 femmes victimes de violences accompagnées hors hébergement.

Les chiffres de l’action de Solidarité Femmes

En 2017, 141 femmes en grand danger ont bénéficié d’une Mise En Sécurité suite à des violences, et 250 enfants en ont été co-bénéficiaires. Au total, 391 personnes ont ainsi pu bénéficier d’un éloignement géographique au vu de la dangerosité de la situation.

Plus de trois quart des femmes ont entre 20 et 40 ans, 20% entre 40 et 50 ans, 2% ont moins de 20 ans et seules 3% des femmes ont plus de 50 ans.

Il est à noter que plus de la moitié des femmes sont de nationalité étrangère.

Pour 33% des femmes victimes de violences, le 3919 a été trouvé sur Internet.

Les violences sexuelles au cœur des violences conjugales

En 2017, le viol conjugal demeure la première violence sexuelle au sein du couple. Près de 54% des femmes ont déclaré en avoir été victimes. Pour 20% d’entre elles, on relève des pratiques sexuelles imposées. Les violences sexuelles passent également par du harcèlement sexuel, dans 25% des cas. Certaines femmes sont contraintes à de la prostitution ou à des rapports avec un un.e partenaire sexuel.le imposé.e par l’agresseur.

 

Fédération Nationale Solidarité Femmes