Non classé Où fait-il bon être une femme ?

Article publié sur le site Terraeco.net le 9 juillet 2012.

© Adam Jones Ph.D - Flickr

© Adam Jones Ph.D – Flickr.

Où fait-il bon être une femme ? La question est complexe. L’ONG Save the Children l’a abordée de front et a publié un rapport sur le sujet.

Pour y répondre, les chercheurs ont examiné l’espérance de vie, le temps passé sur les bancs de l’école, les revenus ou encore le pouvoir politique des femmes dans 165 pays. Des notions qui, agrégées, ont formé un index des pays où il fait bon vivre – ou pas du tout – si l’on est une femme.

Mais pour éviter les injustes procès contre les pays pauvres, trois catégories ont été créées : pays développés, en développement ou moins avancés. A chaque catégorie, son classement. Nous avons choisi de nous intéresser au premier et au troisième groupe.

 

Le top 10 dans les pays développés :

 

1 Norvège
2 Islande
3 Suède
4 Nouvelle-Zélande
5 Danemark
6 Finlande
7 Australie
8 Belgique
9 Finlande
10 Pays Bas

 

 

Et la France dans tout ça ? Elle apparaît à la 14e position, tirée vers le haut grâce à son espérance de vie à la naissance mais plombée par la durée de son congé maternité (16 semaines contre 36 à 46 semaines en Norvège) ou le ratio entre paies masculine et féminine (0,61 contre 0,77 en Norvège), ou encore par le nombre de sièges occupés par des femmes au gouvernement (20 contre 40 en Norvège mais les chiffres datent de 2011 donc du gouvernement précédent).

Le top 10 dans les pays les moins avancés :

 

1 Rwanda
2 Bhoutan
3 Malawi
4 Lesotho
5 Ouganda
6 Cambodge
7 Birmanie
8 Burundi
9 Iles Salomon
10 Mozambique

 

 

Risque de mortalité maternelle (2008), soit la probabilité qu’une femme puisse mourir au cours de sa vie d’une cause liée à sa ou ses maternités, selon le rapport.

Iles Salomon 1/230
Birmanie 1/180
Bhoutan 1/170
Cambodge 1/110
Lesotho 1/62
Mozambique 1/37
Malawi 1/36
Rwanda 1/35
Ouganda 1/35
Burundi 1/25

 

Où ne vaut-il mieux pas être une femme ?

Dans les pays développés, ce sont l’Ukraine, le Royaume-Uni et les Etats-Unis qui remportent le bonnet d’âne. En cause, un assez fort risque de mortalité maternelle (1 femme sur 2 100 aux Etats-Unis par exemple risque de décéder au cours de sa vie de causes liées à ses maternités).

En Ukraine, ce sont la mauvaise contraception (seulement 48% des femmes l’utilisent), la faible représentativité des femmes aux postes de pouvoir (8%) et le mauvais ratio entre salaire féminin et masculin (0,59) qui font plonger la note du pays.

Dans les pays en développement, la palme des cancres revient au Venezuela, au Vietnam et au Zimbabwe. Et dans les pays les moins avancés, à l’Ouganda, au Yémen et à la Zambie. Dans ce dernier pays, une mère sur 38 risque sa vie. L’espérance de vie féminine n’est que de 50 ans et le pourcentage de femmes utilisant des moyens modernes de contraception plafonne à 27%.

 TERRAECO