Articles récents Les silencieuse(s), la BD qui dénonce le harcèlement de rue

Les silencieuse(s) est une bande dessinée créée par l’illustratrice française Sibylline Meynet, et basée sur le travail de l’étudiante genevoise Salomé Joly. A travers le témoignage d’adolescentes confrontées au harcèlement de rue, les autrices font prendre conscience aux lectrices/lecteurs du besoin impérieux d’arrêter de trouver normal ce qui ne l’est pas. Elles s’appellent Anaïs, Mahé, Zoé, Julie, elles sont lycéenne, étudiante en arts plastiques, employée, elles subissent au quotidien le harcèlement de rue. Et ce n’est pas normal !

Selon une étude britannique, 81,5% des Européennes ont été victimes de harcèlement en public avant l’âge de 17 ans.

Insultes, sifflement, regards insistants, mains baladeuses … nous connaissons toutes ces situations. Enliser dans notre quotidien, le harcèlement de rue devient une sorte de routine.

Trop communément, les victimes de ces agressions remettent en cause leur tenue, leur attitude etc. Avec Silencieuse(s), les autrices dénoncent ce phénomène de  » victime sharing « . Une des héroïnes de la BD fait un détour, pour se rendre à son lycée, afin de ne pas passer devant un chantier,  car elle a mis une jupe. Une autre fois, elle va se changer et troque sa jupe pour un pantalon.

Chaque personnage à son propre caractère et réagit différemment : l’une se rebelle, l’autre monte les 4 étages de son immeuble avec son vélo de peur que l’homme qui l’a accosté dans la rue, la reconnaisse et découvre où elle habite. Certaines ont des parents qui soutiennent leur fille, tandis que d’autres lui reprochent ses choix vestimentaires…

PlancheS_56424

une planche de la BD décrit le harcèlement dans les transports

 

Un travail de maturité

Alors qu’elle avait 18 ans, Salomé Joly, dans le cadre d’un travail pour son lycée, s’est intéressée à la question du harcèlement de rue. Elle a collecté une série de témoignages isolés, qu’elle a rendu sous la forme du journal intime fictif d’Anaïs, une jeune fille de 17 ans. Le projet a été repéré par une maison d’édition qui a mis en contact la jeune femme avec Sibylline. L’illustratrice a découpé  l’histoire du journal d’Anaïs en 9 parties pour la raconter à travers différents personnages âgés de 16 à 35 ans, allant de la lycéenne à la femme mariée afin d’illustrer l’universalité du fléau.

Cet ouvrage dénonce la récurrence et la banalisation du harcèlement de rue, en nous demandant d’arrêter de trouver normal ce qui ne l’est pas. Le harcèlement n’est jamais acceptable.

 

Mailys Ardit 50-50 Magazine 

Sibylline Meynet et Salomé Joly : Silencieuse(s).  Ed. Perspectives Art9, 2017