Articles récents \ Monde 3éme congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des femmes et des filles

Coalition Against Prostitution (CAP international), a organisé un premier congrès en 2014 à Paris, un deuxième en 2017 en Inde et un troisième en Allemagne en avril 2019. Début avril, il a réuni à Mayence 330 participant.es de 30 pays. A l’issue de ce congrès, une déclaration solennelle a été adressée aux autorités allemandes pour mettre fin immédiatement à la légalisation de l’exploitation sexuelle des femmes en Allemagne qui est une des principales plaques tournantes du trafic de femmes dans le monde.

Lettre ouverte à la chancelière, au gouvernement et au Parlement allemands

Interdisez l’achat l’actes sexuels et fermez les bordels ! Offrez de vraies alternatives et parcours de sortie aux victimes de la prostitution !

Mettez un terme immédiatement à la promotion par l’Etat de l’exploitation sexuelle des femmes, qui viole la dignité humaine et les obligations de l’Allemagne envers la loi internationale en matière de droits humains

Nous, survivantes allemandes et internationales de la prostitution et de la traite à des fins d’exploitation sexuelle, associations de terrain qui soutiennent et accompagnent les victimes de ces crimes, militantes et militants des droits humains et des droits des femmes, associations et mouvements combattant toutes formes de violences sexistes et sexuelles sommes choqué·es, blessé·es et révolté·es de la législation et des politiques publiques allemandes en matière de prostitution. Depuis 2002, le gouvernement allemand a organisé et protégé un système d’exploitation sexuelle massive et de violation des droits humains des femmes les plus pauvres et les plus vulnérables.

Réuni·es à Mayence à l’occasion du 3éme congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des femmes et des filles, nous en appelons solennellement à la chancelière allemande, au gouvernement et au Parlement pour qu’ils mettent fin immédiatement au soutien par l’Etat de l’exploitation sexuelle des femmes les plus marginalisées.

Pour ce faire, nous demandons instamment au gouvernement allemand de :

– respecter ses obligations internationales en pénalisant l’exploitation de la prostitution, y compris le fait de tenir un bordel et de tirer toute forme de profit de la prostitution d’autrui;

– reconnaître qu’acheter un acte sexuel d’un autre être humain en profitant de ses vulnérabilités économiques est une forme de violence sexiste et sexuelle et interdire l’achat d’actes sexuels;

– s’assurer qu’aucune politique ou loi répressive ni aucun contrôle ne soient imposés aux personnes prostituées, qui ne devraient jamais être pénalisées pour l’exploitation dont elles sont les victimes;

– établir une politique nationale de sortie de la prostitution, avec des programmes qui offrent protection, assistance et soutien socio-économique aux victimes de la prostitution et de la traite. Ces programmes doivent comprendre l’accès au logement social, à des titres de séjour pour les victimes étrangères, à du soutien physique et psychologique, à la formation et à l’insertion professionnelle;

– reconnaître la responsabilité de l’Etat allemand dans l’exploitation sexuelle de centaines de milliers de femmes, et donner des compensations aux victimes de la prostitution et de la traite, dont l’exploitation dans des bordels approuvés par l’Etat a été autorisée et encouragée par les lois de 2002 et 2017.

Nous demandons instamment à la chancelière Angela Merkel et aux chefs des partis politiques de recevoir une délégation des signataires avant la fin mai 2019. Le gouvernement doit pénaliser l’exploitation de la prostitution d’autrui et l’achat d’actes sexuels, fermer les bordels, et offrir protection sociale, soutien réel et des alternatives économiques aux victimes de la prostitution et de la traite en Allemagne.

Nous sommes déterminé·es à agir, y compris par des actions légales nationales et internationales, pour que l’Allemagne commence enfin à respecter ses obligations internationales en matière de droits humains d’ici la fin de l’année 2019.

 

Signataires 

Survivantes : Marie Merklinger, Sandra Norak, Rosen Hicher, Amelia Tiganus, Mickey Meji, Cherie Jimenez, Rachel Moran, Marie Drouin, Simone Watson, Fiona Broadfoot, Grizelda Grootboom, Filcaise, Jeanette Westbrook ; Autumn Burris Viktoria Kirikova, Valerie Pelletier, Lorraine Roy, Marie Michaud, Marie-Anne Morin, Martina Esther

Associations : SOLWODI CAP International Armut und Gesundheit in Deutschland e.V. 1000 Opportunities (Sweden) Awaken (USA) Bagong Kamalayan Breaking Free (USA) Build A Girl Project (UK) Bulgarian Women’s Lobby CATW-Asia Pacific. CATWLAC Center Against Human Trafficking and Exploitation Lithuania Centre for Women War Victims – ROSA, Zagreb, Croatia CLEF – Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes Coalition Against Trafficking in Women (CATW) Coalition Against Trafficking in Women (USA) Comisión para la investigación de malos tratos a mujeres (Spain) Conseil National des Femmes du Luxembourg, asbl Culture Reframed (USA) Democracy Development Center (Ukraine) Donna M Hughes Equality Now European Network of Migrant Women European Women’s Lobby EWL Coordination Belgium:Vrouwenraad Conseil des Femmes Femmes pour le dire, Femmes pour agir MARTA Centre Burkhard Haneke Vancouver Rape Relief ALARM Gegen Sexkauf & Menschenhandel e V Hungarian Women’s Lobby Immigrant Council of Ireland Ingeborg Kraus Iniciativa Pro Equidad (Columbia) Initiative Stopp Sexkauf (Austria) INSGENAR – Institute of Gender, Law and Development IROKO (Italy) Isala asbl (Belgium) Italian Coordination of the European Women’s Lobby KAFA Organization (Lebanon) KARO e.V. Kofra e.V. – Kommunikationszentrum für Frauen zur Arbeits- und Lebenssituation Lawig Bubai Le Monde selon les femmes asbl (Beligium) Living in Freedom Together-LIFT (UK) Lobby Europeo de Mujeres en España Marburger Bürgerinitiative bi-gegen-bordell Initiative Mouvement du Nid (France) National Center on Sexual Exploitation (USA) NAWO New York State Anti-Trafficking Coalition NGO Democracy Development Center (Ukraine) NGO National Council of Women (Ukraine) Observatoire des violences faites aux femmes Olena Zaitseva Plataforma Portuguesa para os Direitos das Mulheres Prostitution Research & Education (San Francisco) Realstars (Sweden) Resistenza Femminista (Italy) Réussir l’égalité Femmes-Hommes Rights4Girls (USA) Ruhama (Ireland) Samaritana Transformation Ministries Sanctuary for Families Sexual Exploitation Research Project (SERP) Ireland SISTERS – für den Ausstieg aus der Prostitution ! e.V. SPACE International Stigamot (Island) Survivor Exit Foundation (South Africa) Survivors for Solutions Swedish Women’s Lobby Talikala TERRE DES FEMMES – Menschenrechte für die Frau e.V. The EVA Center (Boston) The Lobby Europeo de Mujeres en España Unizon (Sweden) Verein Feministischer Diskurs (Austria) women@thewell (UK) Women’s Association “IZVOR” (Croatia) Women’s Front (Norway) Women’s Support Project (Scotland) Women’s Front (Sweden) World Without Exploitation (USA)

Imprimer cet article