Politique Des élues parisiennes à la commission de l’ONU sur la condition des femmes

« Nous avons besoin d’identifier des femmes élues locales dans le monde et les championnes qui peuvent nous aider à installer l’égalité », a déclaré Michelle Bachelet, ex-présidente du Chili et directrice d’ONU-Femmes, lors d’un entretien avec Anne Hidalgo à New York, le 28 février dernier.

La première adjointe PS au maire de Paris participait à la 56e Commission de l’ONU sur la condition des femmes, en tant que représentante de l’organisation mondiale Cités et gouvernements locaux unis (CGLU) – regroupant plus de 1000 villes et collectivités locales de divers pays –, dont elle préside la commission égalité femmes-hommes.

Elle était accompagnée d’Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris chargée de la solidarité, de la famille et de la lutte contre l’exclusion et présidente de la branche française de la Clef (Coordination pour le Lobby européen des femmes).

Un des objectifs du travail commun à ONU Femmes et CGLU est d’établir une cartographie mondiale de la représentation des femmes élues au niveau local.

« Les femmes élues au niveau local ont des expériences similaires, poursuit Anne Hidalgo. Elles viennent souvent de la société civile et des ONG. Elles sont en prise directe avec les réalités mais disposent de peu de moyens et d’un réseau souvent limité. Elles se confrontent à une culture et des pratiques politiques violentes, qui les font souvent renoncer après un premier mandat. D’où l’objectif de créer des synergies pour leur permettre de renforcer leur formation politique, partager les bonnes pratiques, et capitaliser leurs expériences pour s’imposer dans des bastions qui restent largement masculins. »

Dans ce cadre, Anne Hidalgo a annoncé la tenue d’une conférence internationale à Paris en janvier 2013 qui rassemblera des élues locales de tous les continents sous le parrainage de Michelle Bachelet.

Les thèmes de «villes sûres», «gender budgeting» (1) et «capacity building» (2) ont été identifiés comme axes de travail majeurs des actions communes entre CGLU et ONU Femmes.

En matière de politique de la ville, Anne Hidalgo et Olga Trostiansky ont témoigné des « préoccupations convergentes » de nombreuses élues d’agglomérations pour assurer la sécurité des femmes dans les espaces urbains, pour développer les transports publics et des services d’accueil collectif de la petite enfance de qualité, qui soient accessibles financièrement au plus grand nombre.

Autant de leviers encore insuffisamment pris en compte pour adapter l’usage de la ville au quotidien des femmes, améliorer leur autonomie, ainsi que leur participation à la vie de la cité. Soulignant que des réseaux d’élues très actifs se constituent en Afrique, notamment au Maroc, et en Amérique latine, la première adjointe de Bertrand Delanoë souhaite « que la France s’engage davantage concernant les problématiques d’égalité femmes-hommes en politique et dans la société, car c’est une mesure de la démocratie et l’un des objectifs prioritaires du Millénaire » (3).

Agnès Kerr, collaboratrice Etats-Unis – EGALITE

(1) Evaluation des budgets existants avec une perspective de genre à tous les niveaux du processus budgétaire, ainsi qu’une restructuration des revenus et des dépenses dans le but de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes.

(2) Renforcement des capacités.

(3) Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), ont été adoptés lors du Sommet du Millénaire qui s’est déroulé du 6 au 8 septembre 2000, au siège des Nations-Unies à New York.

Imprimer cet article