Société Harcèlement sexuel : le gouvernement dit stop

« Chers collègues, la loi vous rappelle qu’un(e) candidat(e) à un emploi n’est pas candidat(e) à des propositions sexuelles » ; « (…) que le harcèlement sexuel n’est jamais un jeu mais toujours une violence » ; «(…) que les allusions sexuelles répétées provoquent une souffrance répétée ».

Trois affiches accrochées aux portes d’un ascenseur, sur une fontaine à eau, à côté d’une photocopieuse : ce sont les images de la campagne d’information et de sensibilisation que les ministères de la Justice et des Droits des Femmes ont lancée hier, sous un seul slogan : « harcèlement sexuel : désormais la loi vous protège ». Du 12 au 25 novembre 2012, elles apparaîtront sur divers journaux et sites internet, en France métropolitaine et dans les DOM-TOM. Un site dédié, stop-harcelement-sexuel.gouv.fr, complètera l’information, indiquant notamment aux victimes les numéros verts à appeler.

Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira poursuivent ainsi plusieurs objectifs : informer les citoyens sur l’existence et les nouveaux contenus du délit, élever le niveau de conscience de l’opinion publique, soutenir la prévention et encourager les victimes à agir. Lors de l’adoption de la nouvelle loi relative au harcèlement sexuel, approuvée en urgence le 6 août 2012, trois mois après la déclaration d’inconstitutionnalité de celle du 17 janvier 2002, les deux ministres s’étaient engagées à en assurer la mise en œuvre rapidement. La loi de 2012 élargit et précise les comportements réprimés, alourdit les peines et protège mieux les victimes comme leurs témoins.

Bien que les visuels choisis mettent l’accent sur la sphère professionnelle, Najat Vallaud-Belkacem espère déclencher une prise de conscience aussi globale que la nouvelle loi, qui couvre tous les domaines de la vie, et en particulier les milieux associatifs et sportifs. Ce temps médiatique de la campagne devrait être suivi d’une action permanente et transversale, portée par le Comité interministériel aux droits des femmes, qui se réunira pour la première fois le 30 novembre. La mise en place de modules de formation spécifiques en constituera un volet essentiel.

Giulietta Gamberini – EGALITE