Articles récents \ Matrimoine Geneviève Fraisse: “les journées du Matrimoine, nous sommes précisément là au cœur de l’affirmation de l’émancipation.”

La philosophe Geneviève Fraisse connaît bien le Mouvement H/F, elle était présente au Midi-Minuit du Matrimoine. La question du Matrimoine croise ses préoccupations de chercheuse. Geneviève Fraisse a axé ses recherches sur les conditions théoriques de l’émancipation des femmes. Rencontre imprévue avec une philosophe engagée.

La rencontre d’aujourd’hui vient de la pratique existante, depuis plusieurs années déjà, de femmes qui travaillent dans la culture et qui dénoncent la sous-représentation des femmes, non seulement dans les postes de responsabilité, mais aussi dans les postes symboliques de la création. Il y a une désignation d’une absence plus importante que ce qui existe comme création.

J’ai travaillé avec les femmes du Mouvement H/F culture et si je peux continuer à les accompagner j’en suis ravie.

Alors le Matrimoine par rapport à Patrimoine, en fait contrairement au texte qui a été écrit pour la manifestation de ce week-end, parler de mère par rapport au père ce n’est pas de cela dont il s’agit sur le plan symbolique, car sinon on est dans des répartitions d’identité auxquelles je suis réfractaire. En revanche, cela a un effet provocateur parfait par rapport à ce qu’il y a dans Patrimoine, à savoir père, patriarcat, patrie. Mais je vous rappelle qu’il y a aussi la mère patrie dans l’Histoire.

Le Matrimoine, ne désigne pas seulement les femmes qui aujourd’hui sont en position de créatrices ou en position de responsabilités dans le domaine culturel, il met aussi en lumière des textes anciens comme la pièce de Mme de Villedieu, une autrice contemporaine de Molière, une pièce mise en scène par Aurore Evain, jouée ce week-end. Cette pièce est tout simplement magnifique. Elle parle de pouvoir politique, des effets de cour du pouvoir politique, on n’est vraiment pas dépaysé-e-s. Et ce texte est tellement beau qu’on se trouve dans une espèce de joie en l’écoutant.

Montrer les discours de l’émancipation dans leurs complexités

Dans un de mes derniers travaux, j’ai déploré ce que l’on appelle la lutte contre les stéréotypes car je trouve que l’on est trop fasciné-e-s par la déconstruction de la domination. Je pense qu’il faut montrer les discours de l’émancipation dans leurs complexités, leurs contradictions etc.

Le travail que je fais, depuis plusieurs décennies maintenant, est de mettre en lumière ces textes de l’émancipation dans leur complexité, leur légitimité, leur intelligence et éventuellement même les contradictions qu’ils portent à l’intérieur même d’une pensée de l’égalité et de la liberté. Cela me parait beaucoup plus important que la volonté de déconstruire la domination qui appellerait, comme par une mécanique trop facile, l’émancipation. De cela je n’en suis pas du tout sûre et je pose cette question là. D’où ma joie d’être aux journées du Matrimoine, car nous sommes précisément là au cœur de l’affirmation de l’émancipation.

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

Geneviève Fraisse : “les Excès du genre, concept, image, nudité » Ed Lignes, 2014

Photo de Une : portrait de Geneviève Fraisse par Marie-Hélène Le Ny. Extrait de l’exposition “Infinités Plurielles”

 

 

Imprimer cet article