Brèves Violence sexiste de la part d’un élu : un mépris de démocratie

Vendredi 10 février, un adjoint à la mairie d’Andres (Pas-de-Calais), a été mis en examen après avoir poignardé sa compagne à deux reprises. Une violence sexiste parmi d’autres, destructive, et d’autant plus choquante qu’elle a été commise par un élu, mandaté pour représenter les citoyen-ne-s, et donc censé être exemplaire dans ses actions, de par cette fonction de représentation. ECVF – Elu-e-s Contre les Violences faites aux Femmes – dénonce tout au long de l’année les violences sexistes, et notamment celles commises par des politiques, car ces violences méprisent la démocratie.

En tant qu’association d’élu-e-s de tous partis politiques démocratiques, et de collectivités territoriales,  ECVF réitère son appel à légiférer sur l’inéligibilité des élus définitivement condamnés pour violences.