Brèves Agression du STRASS contre les féministes abolitionnistes de la Maison des femmes de Paris

“Lors de la marche du 24 novembre, nous avions des pancartes contre toutes les violences sexistes et sexuelles dont 2 pancartes où était écrit “Système de la prostitution / GPA = violence exploitation”. Rien donc de menaçant, d’insultant, et évidemment aucune hostilité contre les personnes prostituées elles mêmes.

Nous avons dû faire face à une vingtaine de personnes extrêmement agressives qui ont tenté d’arracher nos pancartes, puis exigé que nous les enlevions nous mêmes, dont certain.es vociféraient sans discontinuité à 10 cm de notre visage, les autres criant des slogans “Abolos Collabos”. Nous avons vécu intimidation, gestes menaçants, violence verbale, insultes et accusations absurdes à notre encontre, sans nous laisser y répondre. Dos à la statue de la République, nous avons été coincées pendant plus de 30 mn, sans pouvoir bouger sauf à laisser détruire notre matériel. Elles/ils ne sont parti.es qu’une fois annoncée la fin du rassemblement.

Place de la République, nous nous nous trouvions près de la tribune. Et ce qui se passait contre nous était très visible et très audible… Aucune réaction des organisatrices, des féministes sont venues nous soutenir, mais pas d’associations. Une militante de notre association est allée à 2 reprises alerter le SO … Seules 2 organisatrices sont venues, tout à fait à la fin. Des participantes à la Marche contre les violences sexistes et sexuelles ont été ainsi l’objet d’une agression organisée et publique durant la Marche.

Nous voulons questionner la façon dont cela a été géré, ou plutôt non géré… et le fait que de tels groupes hostiles puissent ainsi impunément agir de la sorte dans un événement féministe, alors qu‘elles/eux mêmes avaient pu défiler et s’exprimer sans en être empêchés et s’étaient même arrogées le pouvoir de se placer en tête.” 

Maisons des femmes de Paris

print