Articles récents Isabelle Louis : «le Planning Familial de Paris met en place l’accueil collectif, qui est un vieil outil féministe des années 1970» (2/2)

Le Planning Familial est structuré en associations départementales autonomes, chacune est un lieu de transmission des luttes féministes. Les militantes du Planning Familial de Paris continuent de transformer leurs pratiques à partir des difficultés rencontrées sur le terrain. Pratique et analyse théorique s’informent réciproquement et entrent parfois en tension.

Quels sont vos liens avec les autres associations, Act’Up notamment, mais aussi les associations plus récentes comme le Mag LGBT ? 

À Paris, les associations n’ont pas spécialement besoin de lier des partenariats. Le maillage associatif à Paris est très dense, chaque association a développé sa spécificité. Tout n’est pas comblé : dans le 16è arrondissement, il faudrait s’allier pour y aller. Il faut ajouter que les questions liées aux autres sexualités, la bisexualité, l’homosexualité, ont été posées un peu tard dans cette équipe. Il y a sûrement plein de lesbiennes qui sont venues prendre la contraception et qui ne l’ont pas dit. On a occulté pendant un moment, involontairement, cette partie du public qui pouvait avoir recours à nos services. On essaye de s’ouvrir plus, d’utiliser le mot «partenaire». Il y a aussi la question des migrantes sur laquelle on essaye de mettre en place des partenariats, mais le bon dispositif n’a pas encore été trouvé. Il faudrait prendre le temps de voir comment travaillent les un.es et les autres, mais nous ne sommes pas du tout financées pour cela. Aller vers les publics à la marge de nos dispositifs, nous ne savons pas encore le faire.

Nous commençons à intervenir davantage dans le secteur du handicap, avec des partenariats, mais les structures n’ont pas vraiment envie d’investir les questions de santé sexuelle. Les équipes de l’Institut National des Jeunes Aveugles ont compris la pertinence de se former. Ce sont des choses qui se font sur le long terme et qui peuvent être démobilisantes, parce que nos partenaires sont comme nous, elles ont des équipes salariées qui changent beaucoup. Et parfois les financeurs majoritaires changent d’objectifs. On est mis à mal par les moyens qu’on nous donne, mais aussi par nos propres préjugés. On a quand même un partenariat pour les stagiaires avec le Collectif Féministe Contre le Viol. 

Historiquement, vous vous êtes battues pour l’IVG et la contraception, comment articulez-vous ces revendications historiques avec de nouvelles revendications, par exemple la PMA ?

Nous avons toujours une analyse féministe. Se battre pour la contraception et l’avortement, c’est se battre pour que les femmes puissent s’exprimer sur la place publique et avoir un autre rôle dans la société que celui de femme au foyer, cette prison dorée. Au départ, le Planning Familial s’appelait La Maternité heureuse : pouvoir choisir. Mais nous sommes dans une société qui individualise beaucoup les choses, où l’on doit faire des plans sur 20 ans… Nous revendiquons le droit à l’erreur, de ne pas prendre les bonnes décisions, de ne pas réussir. Nous nous battons contre la performance, notamment sexuelle : on a le droit d’avoir des rapports sexuels ratés, et bien évidemment on a aussi le droit d’accéder au plaisir et de se connaître. La recherche, l’investigation, la connaissance de soi sont des armes essentielles, mais il ne faut pas qu’elles deviennent les clés magiques pour une réussite. La PMA doit être un outil à disposition de toutes. Il est très important que les personnes aient des droits, afin qu’elles puissent réfléchir : est-ce que j’y ai recours ou pas ? Les questions : qu’est-ce que c’est qu’être un parent, comment j’organise ma vie, sont essentielles. Donc continuer à avoir des espaces de parole est primordial, notre travail ne se limite pas à une chaîne de droits.

Quelle est votre actualité politique ?

L’allongement des délais de l’avortement (1). Nous en avons marre de recevoir des femmes qui doivent se saigner aux quatre veines pour partir avorter à l’étranger. C’est injuste. En France, ce délai n’est absolument pas fondé sur des considérations médicales, la France est l’un des pays qui autorise l’interruption médicalisée de grossesse (2) le plus loin, au-delà du délai légal pour l’IVG, donc on a la technicité pour interrompre les grossesses. Nous en avons marre de recevoir des femmes qui pour des raisons diverses, toutes légitimes, doivent prendre des crédits auprès d’établissements bancaires véreux, doivent demander de l’argent à des personnes qui ne sont pas forcément de confiance, afin de partir avorter à l’étranger.

Comment procédez-vous ?

Sur le délai dépassé, nous sommes des féministes enragées, les seules à recevoir les femmes qui en ont besoin, les autres ne nous comprennent pas. Nous essayons de constituer un groupe de travail avec des docteures issues d’hôpitaux, pour légitimer et banaliser notre demande, car ces demandes se font partout. Le revers de la spécificté, c’est de ne pas être écoutées. Par exemple, sur la question des violences, il n’y a que nous qui avons la liberté de pouvoir faire les signalements aussi simplement, alors qu’il y a beaucoup  de travailleuses/travailleurs sociales/sociaux qui voient les violences, mais qui sont bloqué.es par leur hiérarchie.

Nous essayons aussi de travailler avec les plus petit.es, les primaires, mais pour l’instant cela ne marche pas. Et puis avec les populations migrantes, ce sont les plus grosses injustices. C’est obscène, c’est indigne.

Quelle est la spécificité du Planning Familial de Paris ?

Le Planning Familial de Paris met en place l’accueil collectif, qui est un vieil outil féministe des années 1970. Cela nous permet de casser cette individualisation qui fait primer son petit bonheur, sa réussite. Certes, l’individualisation est aussi fondée sur des choses importantes, se reconnaître soi-même comme une personne digne de droits, de bonheur et de réussite. Mais ne vivre que pour soi, ce n’est pas satisfaisant.

Les femmes migrantes comme les autres femmes qui viennent au Planning sont en capacité de parler des violences qu’elles ont vécues, ou des injustices, ou de plaisir. Une collègue de Gap est venue se former il y a quelques semaines, elle va essayer de mettre en place un accueil collectif dans un cabinet de médecins privé.

Tout le mouvement faisait cet accueil collectif, puis la pratique s’est perdue. Il y a eu un moment où il y avait besoin d’entendre des demandes individuelles, au sortir des luttes. Comme dans tous les mouvements militants, la transmission des luttes est compliquée. Les associations qui ont plus de difficultés à le mettre en place posent des questions pertinentes : en Île-de-France, on peut préserver l’anonymat des gens, mais c’est plus compliqué dans l’association d’une plus petite ville.

Comment se passe cet accueil de groupe ?

Pour les consultations, nous proposons aux femmes de venir toutes à la même heure, en groupe de dix personnes. C’est fondé sur l’éducation populaire : partir de leur savoir et de leurs questions. Notre rôle en tant que militantes du Planning est de s’assurer que la parole a bien circulé, qu’il n’y a pas de violences à l’intérieur du groupe. Les femmes s’informent entre elles. Que ce soit sur la contraception ou l’IVG, il y en a toujours une qui a utilisé plusieurs méthodes, et qui en fait part. Le but est de valoriser les expériences et le savoir des unes et des autres et de remettre le rôle des professionnel.les de santé du Planning Familial au bon endroit. Ici les professionnel.les de santé n’ont pas de blouse, et elles/ils co-animent ces temps avec nous. Voir comment se comporte la docteure ou la sage-femme dans le groupe rassure beaucoup les femmes qui passeront un temps individuel avec elles.

Les femmes parlent également d’elles mêmes des violences médicales et obstétricales. Quand on leur explique que pour avoir un examen, il faut qu’elles le demandent, parce qu’on ne le fera pas à leur place, c’est à ce moment qu’elles témoignent.

Vous récupérez ce modèle de pratiques des années 1970, cela montre l’historicité des pratiques féministes, leur réactualisation et leur transmission. Pourquoi ces pratiques des années 1970 ressortent dans votre mouvement aujourd’hui ?

Nous reprenions du pouvoir sur les femmes pendant les entretiens individuels, c’est justement ce que nous voulions éviter. En entretien individuel, les femmes attendaient beaucoup de nous, parce que nous détenions l’information. Nous ne voulions plus entendre les femmes s’excuser. Elles sont là parce que avorter est un droit. Que cela soit difficile ou anodin pour elles de prendre cette décision, cela ne nous regarde pas. Nous faisions des entretiens un peu psychologisants, alors que nous ne voulions pas avoir ce rôle. Ce n’est pas ce que les femmes nous demandaient non plus, elles ne venaient pas pour avoir un entretien d’écoute, elles ne disaient pas : «j’ai du mal à prendre cette décision.»

Sur le long terme, en s’attachant à identifier avec les femmes les situations de violence, en tant que professionnel.les qui écoutent beaucoup de témoignages de violences, les écouter en groupe nous fait moins mal. Une femme qui partage son témoignage avec un groupe bienveillant va le faire de façon beaucoup plus assurée, elle va se sentir beaucoup plus en sécurité, que dans un face-à-face où elle va avoir peur de choquer et va minimiser les choses. Elle est soutenue par le groupe.

 

Propos recueillis par Alice Gaulier 50-50 Magazine

 

1 En France, l’avortement peut être pratiqué jusqu’à la fin de la 12ème semaine de grossesse.

2 En France, l’interruption médicalisée de grossesse (IMG) peut être pratiquée jusqu’au terme de la grossesse.

Imprimer cet article