Articles récents \ Monde \ Amérique latine En Argentine, la lutte pour le droit à l’avortement est politique

Cintia Nucifora est travailleuse sociale et employée au secrétariat des droits humains de la province de Buenos Aires. Elle est déléguée syndicale, militante féministe, groupe vert et blanc du syndicat ATE (syndicat de la fonction publique) et candidate au poste de secrétaire générale pour la liste vert et blanc du secrétariat des droits humains.

Quels sont aujourd’hui vos sentiments, après avoir menée tant de luttes et atteint un tel niveau d’organisation ?

Nous ressentons beaucoup d’excitation, d’enthousiasme et de joie car, après des décennies à organiser le mouvement féministe, nous avons réussi à mettre en place une réelle articulation politique, ce qui a permis de rendre visible la lutte contre le patriarcat, de la légitimer et de la populariser. Cette articulation politique a montré notre capacité à livrer des combats offensifs dans un contexte néolibéral qui génère de fortes attaques contre les droits de la population dans son ensemble ; c’est un mouvement d’une puissance considérable.

Nous sommes fières de faire partie de cette expérience sociale, qui est clairement politique, de cette victoire culturelle qui a permis de dénaturaliser la maternité, les identités de genre, et de révéler le caractère politique des mandats sociaux.

Nous sommes convaincues que la lutte pour la légalisation de l’IVG est stratégique, et que nous finirons pour la gagner.

Quelles sont les étapes prévues pour obtenir l’approbation de la loi, en tenant compte de l’obstacle présenté par le Sénat?

La campagne tiendra une assemblée plénière nationale qui sera un terrain d’évaluation. Différentes réunions de bilan sont organisées pour réfléchir à tout ce qui a été réalisé et aux obstacles rencontrés.

Nous croyons qu’avoir obtenu «si peu de différence de votes» au Sénat, était «presque» une manière d’atteindre notre but. Il ne faut pas oublier que nous parlons d’une chambre dans laquelle, jusqu’à la fin de l’année dernière, nous n’avions eu qu’une douzaine de voix. Cette fois-ci nous en avons obtenu 31.

Nous croyons que nous devons approfondir le travail dans les régions, qui ont clairement un poids au Sénat.

Dans les provinces du NOA (nord-ouest) et du NEA (nord-est) de notre pays, l’incidence politique des églises catholiques et évangéliques a augmenté, particulièrement ces derniers temps. Nous devons garder cette réalité à l’esprit pour réfléchir à notre stratégie, en tenant compte que le prochain débat parlementaire se tiendra avec une nouvelle composition des chambres.

Nous sommes convaincues que ce sujet sera incontournable dans le déroulement des débats lors de la formation des listes. Nous devons placer au cœur des débats politiques les thèmes de la légalisation de l’IVG, de la production publique du Misoprostol (pilule abortive), et de la mise en place d’une politique globale d’approche de la sexualité.

Il est également nécessaire de favoriser des actions de sensibilisation au problème du taux de mortalité accru des femmes dû aux avortements clandestins. Il faut le rendre visible sur tous les territoires. Il faut organiser des réseaux de soutien, et prendre part à des initiatives d’organisation des femmes et de dissidence sexuelle.

Au sein de la Central de Trabajadores de la Argentina (CTA), nous avons des «compañeras» qui font partie de la campagne depuis sa création et qui nous aident à définir une politique à mettre en œuvre dans les territoires. Dans le CTA, des élections auront lieu prochainement. Nous sommes fières de dire qu’au niveau régional, non seulement notre liste prend en compte ces problématiques dans le programme, mais aussi que plusieurs «compañeras» féministes sont candidates. Dans le même ordre d’idées, au sein du groupe «verde y blanca» du syndicat ATE, nous insistons sur la nécessité d’inclure les politiques de genre. Améliorer notre organisation et renforcer notre position au sein de cette organisation syndicale, sont nos objectifs futurs.

Comment réagissez-vous en tant que mouvement au rôle de l’Église dans ce combat?

Tous les droits conquis en faveur des femmes, toutes les dissidences, tous les droits civils, d’égalité, de diversité, tels que l’identité de genre et le mariage pour les personnes de même sexe, ont été conquis contre l’Église catholique. Il est pour nous nécessaire de souligner toute l’agressivité que son discours de haine réveille, une agressivité qui a entraîné des agressions physiques et des persécutions, dans certains cas de la part de la police, contre les militantes du droit à l’avortement

Nous voulons dénoncer cela, et continuer de lutter pour la laïcisation de l’État. Cette lutte prend aujourd’hui une nouvelle dimension, car elle a été renforcée par les millions de militantes qui se sont impliquées dans la lutte pour le droit à l’avortement. Au sein de notre mouvement, le rejet de l’Église est sans précédent, mais nous ne pouvons occulter le fait qu’il s’agisse d’une tendance en marge. Beaucoup de femmes croyantes ou sous influence religieuse en situation de grossesse non désirée sont marginalisées et laissées dans une extrême solitude de par la position même de l’Église.

Si notre position a été renforcée, nous ne pouvons nier que la droite, également mobilisée, a développé un certain potentiel. En considérant cela, nous constatons la position de certaines églises évangéliques, qui se présentent comme un parti politique. C’est ce qui a déjà été fait, par exemple au Brésil. Ces partis se sont, non seulement, attaqués aux droits des femmes, à leur pouvoir de décision sur leur corps, mais ils ont aussi été impliqués dans les attaques contre Dilma Rousseff et ont soutenus l’emprisonnement de Lula Da Silva, le principal chef de l’opposition.

Comme le dit notre collègue Estela Diaz, il existe une alliance du néolibéralisme avec le corps religieux, nous devons en prendre la mesure complète. Aussi, nous devons nous rendre compte que l’enthousiasme pour notre capacité à mobiliser doit tenir compte que l’opposition qui était démobilisée au début, est aujourd’hui organisée et a une présence publique.

Notre État et nos politiques publiques doivent être menées en fonction de la justice sociale et de nos besoins en tant que peuple. Nous respectons les croyances de chacun.e, mais elles ne doivent pas interférer avec ces principes. Notre objectif est de continuer à conquérir des droits pour les femmes et la population, et pour y parvenir, nous devons remettre en cause l’influence des Églises sur ces questions. Il nous faut trouver comment bannir les politiques de néolibéralisme et de rupture sociale qui sont mises en œuvre dans notre pays.

En quoi l’appui reçu du monde entier est-il important pour vous?

Il nous a donné notre force. Il est très important que nous continuions à renforcer le caractère internationaliste de notre cause. Le Chili a lancé la campagne pour l’avortement légal et a présenté un projet de loi. Nos emblèmes, le foulard vert et les cœurs verts et violets, traversent les rues de différentes parties du monde. La force, le potentiel à l’international des femmes et des dissident.es ont été renforcés par les rassemblements NI UNA MENOS. Les grèves internationales de femmes sont associées à la lutte pour la légalisation de l’avortement. Cela nous permet d’affronter les violences, les inégalités et le patriarcat. La solidarité internationale est un atout pour notre combat.

Êtes-vous en contact avec les féministes uruguayennes qui jouissent déjà du droit à l’IVG?

Nous avons suivi le processus uruguayen. Un grand nombre de nos «compañeras»  ont été appelées à y participer. L’Uruguay est construit sur une forte tradition laïque. De plus, son secteur de la santé est fortement marqué par le respect du droit de décider des patient.es. Ils avaient mis en place, avant même le changement de la loi, des initiatives et des politiques de santé progressistes telles que l’accès à des services de conseil avant et après IVG. Ils l’ont présentée comme une politique publique, même sans loi.

Notre secteur de la santé est plus conservateur et réactionnaire, bien que nous ayons avancé dans la formation d’un réseau de professionnel.les «pour le droit à décider» avec plus de 600 collègues de différentes disciplines qui, dans notre cadre juridique, accompagnent les femmes et en particulier les femmes enceintes. Nous allons persévérer dans cette direction. Nous poursuivrons le dialogue avec nos partenaires uruguayennes, car leur expérience a été et continuera à être très importante pour nous, elle nous a montré qu’un changement de loi fait cesser les décès suite aux avortements. Cette loi sauve des vies, et l’Uruguay en est une preuve.

 

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

Imprimer cet article