Articles récents \ Culture \ Livres Florence Rochefort: “beaucoup de propositions innovantes à l’échelle planétaire viennent des féministes du Sud”

Relater l’histoire mondiale des féminismes dans un Que Sais-Je ? était un projet ambitieux. Le défi a été relevé par l’historienne Florence Rochefort. Elle insiste, ce sont des féminismes qui ont pris des formes particulières selon la géopolitique du patriarcat. Le petit livre expose astucieusement les différents aspects de la lutte pour l’égalité et la liberté, ou sa reconquête selon le point de vue et les lieux. Au moment où une coalition de féministes demande que le G7 inclut l’égalité femmes/hommes dans ses débats, il faut lire l’histoire de l’inclusion des droits politiques des femmes à la formation des Nations Unies avec, par exemple, les luttes de la déléguée féministe brésilienne et des Indiennes. Florence Rochefort nous éclaire sur son travail.   

Pourquoi choisir une échelle mondiale pour une histoire des féminismes ?

Il existe déjà dans différents pays nombre d’histoires des féminismes à l’échelle nationale dans des formats « encyclopédie » comme se présentent les Que sais-je ?. Il aurait été possible alors de prendre l’échelle européenne, mais les liens sont si étroits avec les États-Unis qu’il eut été dommage de ne pas rendre compte de cette dynamique transatlantique. De plus, tout ce que nous avons lu depuis plus de dix ans de tout à fait nouveau concerne en particulier les pays du Sud qui grâce au développement de l’histoire des femmes et du genre ont mis au jour la dimension historique de leurs féminismes. La diffusion spectaculaire de #metoo interroge aussi sur l’importance d’une échelle globale.

Choisir une échelle mondiale contraint bien entendu à beaucoup de simplifications (en particulier dans ce format) mais cela répond à un besoin contemporain de réfléchir à ce niveau pour rendre compte d’une dimension fondamentale des féminismes : leur diffusion planétaire. Cela plaide pour mettre en avant une certaine unité de fond autour de la question de l’égalité, des droits, des libertés des femmes et plus récemment des sexualités tout en devant rendre compte de l’extrême diversité des femmes elles-mêmes, des différentes oppressions dont elles sont victimes et la grande variété de modes de prise de conscience et de mobilisation selon les contextes politiques, religieux et culturels spécifiques.

Quelles sont les différences de parcours entre les droits humains et les droits des femmes?

On peut alors en effet faire un certain parallèle avec l’importance de la notion de droits humains dans l’histoire mondiale, mais apparaissent d’emblée le décalage profond et les résistances toujours à l’œuvre pour que le terme générique d’humain, encore trop souvent qualifié d’Homme, inclue aussi les droits des femmes. Renvoyées à l’invisibilité, à leurs rôles, leurs missions, leurs fonctions, les femmes ont longtemps été (et sont encore dans maints endroits) traitées en mineures dans la pensée de l’égalité et des droits de l’Homme ou dans les diverses pensées révolutionnaires.  C’est une des tâches majeures des féministes des XIXe et XXe siècles que de faire reconnaître l’injustice des inégalités, de déconstruire les logiques d’infériorisation ou de complémentarité qui justifient de ne pas les penser comme des individues ou des citoyennes à part entière qui doivent jouir de droits égaux. Il ne s’est agi d’ailleurs pas seulement de déconstruire des cadres de pensée, mais aussi d’agir, de faire pression, de se constituer en groupe de pression, en mouvement politique.

L’émancipation de la domination patriarcale a pris des formes bien différentes que ce soit dans les colonies, ou dans les métropoles occidentales, quels sont les enjeux et difficultés d’un féminisme transnational ?

Une échelle mondiale fait tout particulièrement apparaître l’importance des enjeux coloniaux et postcoloniaux dans l’histoire des féminismes. Un des arguments antiféministes déjà au XIXe siècle, et encore très courant aujourd’hui, est de stigmatiser les féminismes comme des courants purement occidentaux qui seraient donc exogènes aux autres sociétés et assimilés aux colonisateurs. C’est un des enjeux de la recherche historique que de montrer comment à partir de propositions transnationales d’égalité des sexes se sont constitués des pensées et des courants spécifiques liés aux nationalismes anticoloniaux qui aspiraient à une étroite articulation entre indépendance nationale et droits des femmes. La revendication de droits pouvant être, comme dans tous les pays, conçue comme progressive, à plus ou moins long terme et dans des projets politiques concurrents libéraux ou socialistes. L’étude de ces relations transnationales montrent également les dissensions internes au sein des mouvements féministes internationaux qui n’échappaient pas aux conflits de classe, aux préjugés racistes, aux convictions colonialistes de nombre de courants féministes qui, au cours du XIXe et dans la première moitiés du XXe siècle, adhéraient pleinement à l’idée de la mission civilisatrice de l’Occident et véhiculaient des préjugés encore prégnants sur la supériorité de leur modèle d’émancipation, sans attention à des formes différentes d’autonomisation des femmes et de capacité d’agir et d’organisation. Il est important également de ne pas non plus réduire les féministes historiques à cette facette et de montrer aussi l’existence de féministes anticolonialistes, même si elles étaient minoritaires, d’où l’enjeu de ne jamais oublier le S de féminismes. Cette problématique fait toujours débat aujourd’hui.

L’émancipation a bien souvent été marquée par une émancipation du pouvoir religieux, comment cela s’est-il décliné selon les endroits ? Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Le facteur religieux est déterminant comme héritage et ordre patriarcal et il a été combattu en tant que tel, mais il faut comprendre qu’il a été aussi un cadre d’émergence de pensées égalitaires au sein de contestations religieuses. C’est particulièrement frappant dans le premier XIXe siècle parmi des protestantismes dissidents au sein desquels les féministes ont acquis leurs convictions égalitaires et se sont battues pour prendre la parole et la diffuser plus largement. Les suffragettes britanniques offrent aussi un exemple de sources d’inspirations diverses libérales, socialistes, mais aussi chrétiennes qui marquent leur ferveur et l’organisation de défilés comme des processions. Dans toutes les religions, des courants dissidents ont joué, et jouent encore, un rôle dans l’histoire des féminismes et dans la remise en cause des symbolisations androcentrées, des modes d’organisation discriminants et des normes de genre inégalitaires. Cependant, les offensives antiféministes des conservatismes religieux contre toute idée d’émancipation des femmes et des néoconservatismes religieux plus axés encore contre l’émancipation des sexualités et contre les analyses en termes de genre, sont très puissantes et menacent efficacement les dynamiques égalitaires. Ces dimensions religieuses sont toujours à relier aux contextes politiques et aux forces politico-religieuses.

Votre livre, histoire mondiale des féminismes, apporte des éclairages pour comprendre notre présent et agir pour notre avenir, quels sont les points les plus importants de cette histoire dont il faudrait s’inspirer ou qu’il faudrait rappeler de nos jours ?

L’histoire ne donne pas de leçons mais elle peut permettre de nourrir la réflexion sur l’importance mondiale et transnationale des féminismes, sur leur diversité, sur l’importance de courants réformistes attachés à la notion de droits qui côtoient des courants plus axés sur l’idée de libération et de révolution. La diversité suppose en effet d’emblée le conflit et pourrait nous inciter à approfondir une pensée du dissensus et du pluralisme et mieux relever le défi d’un nécessaire décentrement. Beaucoup de propositions innovantes à l’échelle planétaire viennent des féministes du Sud, concernant les minorités, l’antiracisme, l’exploitation économique ou encore l’environnement et l’écoféminisme.

 

Propos recueillis par Brigitte Marti 50-50 Magazine

 

Imprimer cet article