Articles récents Animafac: un réseau étudiant

Animafac est un réseau de plus de 4000 associations étudiantes, créé en 1996. Le réseau propose des outils, des aides au montage de projets, anime des formations, organise des rencontres entre associations… Animafac est aussi une organisation qui prône l’égalité entre les sexes.

Pour Animafac, la mise en œuvre de l’égalité ne peut qu’être un plus bénéfique aussi bien aux étudiantes qu’aux étudiants. La team d’Animafac est composée d’un président, de deux co-présidentes (sur quatre) et d’une déléguée générale. Mais c’est une exception. En général, dans le milieu associatif, les femmes sont le plus souvent en charge des tâches peu reconnues et le sexisme subsiste au sein des rapports entre membres d’une même association.

Julien Dubois, responsable de la communication, explique : «la parité dans la gouvernance d’Animafac est respectée, mais 61% des postes à responsabilité dans les associations sont distribués aux hommes.» Animafac a ainsi fait le constat de la persistance des inégalités de genre dans les associations étudiantes.

Le réseau a eu besoin de faire des diagnostics afin d’y répondre de façon précise.

En avril 2013, une étude qualitative et quantitative a été menée sur les femmes et le pouvoir dans les associations étudiantes qui démontre que 61% des président.es sont des hommes, ainsi que 57% des vice-président.es, 55% des trésorières/trésoriers et 52% des membres du bureau. L’étude a révélé également que si femmes et hommes hésitent tout autant à prendre des postes de présidences, ce ne sont pas pour les mêmes raisons : les hommes refuseront par manque de temps quand les femmes refuseront par peur de ne pas être légitimes, de ne pas être assez compétentes pour ce type de poste.

L’étude pointait également le fait que «l’inégalité entre les femmes et les hommes n’est pas une préoccupation majeure pour la plupart des étudiant.es.» En effet, la majorité des étudiant.es se sent plutôt concernée mais pas réellement consciente de l’intérêt de se battre sur cette question qui leur semble quasiment réglée !

A la suite de cette étude, Animafac a réalisé deux kits de campagne pour favoriser l’égalité femmes/hommes dans les associations étudiantes.

A vos marques, prêts, Egalité !

Le premier kit a pour objectif de sensibiliser à l’invisibilité des femmes dans l’enseignement supérieur : “A vos marques, prêts, Egalité ! »

* Un quizz sur l’invisibilité des femmes dans l’enseignement supérieur qui révèle des faits auxquels on ne prête habituellement pas attention, tels que le faible nombre d’universités baptisées du nom d’une femme (0,5 !) ou encore les différences de choix de filières selon le genre.

ANIMAFAC-ILLUSWEB1

* Un vademecum pour l’égalité proposant aux associations étudiantes un ensemble d’outils et de recommandations, parmi lesquels elles peuvent «piocher pour aller vers plus d’égalité dans leurs pratiques et être ainsi en phase avec leurs valeurs». Animafac y développe cinq grands thèmes pour l’égalité entre étudiantes et étudiants engagé·es: la gouvernance, la répartition des tâches et des animations des équipes, la répartition de la parole, les activités des associations, la communication. Ces thèmes ont d’ailleurs été définis en concertation avec l’ensemble du réseau. Pour chaque thématique, Animafac propose des outils de diagnostic et des leviers de changement disponibles sur le site.

Le second kit construit avec l’association étudiante WAX Science, a pour objet de rendre visibles les femmes dans les sciences. Créée dans le cadre d’animations aux Solidays 2014, l’exposition les découvreuses anonymes dresse des portraits de femmes, qui ont marqué la société par une découverte ou une invention. Certaines sont connues comme Diane Fossey, ethnologue américaine, spécialiste des gorilles ou d’autres inconnues comme Jeanne Villepreux-Power, naturaliste française inventrice des aquariums.

Lors de Quartier général, le Festival des jeunes engagé.es en Europe, organisé par Animafac le 16 mars dernier, une conférence sur les féminismes en Europe était organisée avec Aurélia de Tonnac, docteure en Droit international et européen, Julia Korbik, journaliste et autrice du best-seller « Oh, Simone ! » et Ellen Davis Walker, Chief Communications Officer à GenPol. Elles ont parlé des pouvoirs du droit européen en matière de lutte contre les discriminations, de l’IVG en Allemagne qui n’est pas légalisée et de l’austérité économique qui touche principalement les femmes. Quelques associations féministes étaient également présentes pour animer la journée des activités visant à déconstruire les stéréotypes de genre et pour présenter leur travail : le Collectif Bas les Pattes, Egal’in, HeforShe, Les Internettes et West Up.

Il reste encore du chemin à accomplir pour que l’égalité entre les femmes et les hommes dans le monde étudiant devienne réalité, Animafac y participe.

 

Caroline Flepp et Alice Gaulier 50-50 magazine

 

À la rentrée 2019, Animafac réalisera un événement sur l’écriture inclusive en collaboration avec 50-50 magazine.

 

Article actualisé du 27 février 2015

Imprimer cet article