Articles récents \ Matrimoine Aurore Evain sort Le Favori, de Madame de Villedieu, de 350 ans d’oubli

Si Le Favori fut joué et mis en scène par Molière, c’est Aurore Evain, et sa compagnie La Subversive qui nous en proposent la première reprise depuis 350 ans ! Elle la fait précéder d’un prologue de son cru sur la vaillance ancestrale des femmes face à une misogynie non moins ancienne, avant de nous plonger dans l’œuvre de Madame de Villedieu. Autrice, metteuse en scène, comédienne, historienne du théâtre et chantre du matrimoine, Aurore Evain nous rappelle que les créatrices furent à la fois nombreuses et de qualité dans les siècles passés mais que l’histoire écrite au masculin les a écartées en n’inscrivant plus leurs pièces «au répertoire».

Que de modernité et d’impertinence pourtant dans cette pièce qui interroge à la fois les ressorts de l’amour et ceux du pouvoir. Moncade ne se veut pas aimé pour les faveurs que le Roi lui accorde et qui lui valent tant d’amitiés hypocrites et de louanges obséquieux… Il préfère y renoncer plutôt qu’à l’amour de sa belle sans lequel il ne saurait être heureux, et ce faisant il découvrira des ressorts de l’âme humaine encore en usage chez nos contemporains – favoris des puissants, larbins des pouvoirs, hypocrites chantres médiatiques ou marins au cap incertain tirant des bords dans la course politique, usant de tous les moyens pour arriver – peut-être nulle part mais en tous cas le premier et le mieux décoré !

La mise en scène burlesque de cette tragi-comédie fait la part belle aux comédien·nes qui portent haut ce texte savoureux et dégagent une énergie communicative qui met le public en joie. Les intermèdes musicaux, magnifiquement servis par la voix d’Amal Allaoui, nous rappellent l’importance de la musique à la cour de Louis XIV. Et si ceux de Lully sont perdus, Aurore Evain en a exhumé d’autres de l’époque baroque qui font parfaitement écho à la pièce et aux tourments amoureux de ses protagonistes.

Si la société du paraître, l’intérêt personnel et le profit semblent les enjeux de la politique-spectacle qui minent nos démocraties modernes, Le Favori nous tend un miroir ironique qui nous rappelle que nous ne sommes pas si différent.es que nous le croyons de nos ancêtres de l’Ancien Régime !

 

Marie-Hélène Le Ny 50-50 magazine

 

Cette semaine au théâtre de l’épée de bois 

 


Imprimer cet article