Articles récents L‘EUROPE DES FEMMES XVIIIe–XXIe siècle

L’ambition du livre: sortir les Européennes de l‘invisibilité, quelle que soit la sphère dans laquelle elles ont évolué: des artistes, des scientifiques, des militantes… par delà les frontières géographiques, par delà les frontières linguistiques. Les femmes dont les biographies paraissent dans l‘ouvrage collectif, coordonné par Julie Le Gac et Fabrice Virgili, sont originaires de toute l‘Europe et des extraits d‘un de leurs textes ou discours sont reproduits dans la langue originale.

Le volume les regroupe en onze chapitres, commençant par la définition de “la femme” et la revendication du droit à l‘humanité, par Mary Wollstonecraft, droit qui leur est aussitôt contesté par Otto Weininger, un théoricien de l‘infériorité des femmes et des juifs dont l‘ouvrage Sexe et caractère, paru en 1903 en Autriche a eu un énorme succès et a été traduit dans de nombreuses langues.

Ce sont ensuite les femmes politiques qui sont évoquées, ou celles qui auraient aimé le devenir comme Olympe de Gouges ou Hedwig Dohm, une philosophe allemande qui osait revendiquer le droit de vote des femmes au milieu du XIXème siècle. Les guerres ont déchiré l‘Europe au XXème siècle, malgré les efforts pacifistes pour éviter que n‘éclate la première guerre mondiale déployés par Bertha von Suttner, et les conséquences désastreuses des conflits sur la vie des civiles avec l‘exemple d’Anne Frank. L‘absurdité du travail d‘infirmière militaire est décrite par Florence Nightingale qui raccompagne ses patients à peine remis au front pour qu‘ils redeviennent des cibles et soient blessés à nouveau. 

Les luttes pour les droits sexuels et reproductifs sont illustrés par les cours d‘anatomie féminine dispensés aux futures sages femmes par Madame de Coudray au XVIIème siècle et par le discours de Simone Veil en 1975 à l‘Assemblée nationale pour défendre le droit à l‘avortement.

Un chapitre est consacré aux rapports tumultueux qu‘entretiennent le syndicalisme et le socialisme avec le féminisme, de la solidarité proclamée, mais rarement vécue, à l‘établissement d‘une journée spécifique de luttes féministes le 8 mars, revendiqué par une Kosovare.

Des femmes actives dans le bas de la hiérarchie de toutes les religions et reléguées hors des sphères de pouvoir y sont évoquées, avec une exception, Libby Lane, qui devint la première femme archevêque de l‘Eglise anglicane en 2014.

Les débats sur les violences dans le combat pour le suffrage des femmes a fait rage en Angleterre, les suffragistes y défendant les luttes non-violentes tandis que les suffragettes sont allées jusqu‘à casser des vitrines et à accepter d‘être incarcérées pour obtenir gain de cause.

Cet ouvrage rend compte aussi des théories sur les pédagogies adaptées aux filles, illustrant toutes les discussions sur ce que pouvaient, ce que devaient ou ne devaient pas apprendre les filles et dans quels buts.

Pour Condorcet, les filles doivent être instruites au nom de l‘égalité. Il remet même en question la non-mixité des classes. Il tranche par sa modernité car même les militantes de l‘instruction des filles se prononcent pour un programme susceptible d‘en faire les meilleures épouses pour leur futur mari, et de bonnes ménagères, avec des programmes contenant de la couture, des soins aux enfants, de l‘instruction morale. Josefa Amar y Borbon (1749-1833), une des premières féministes espagnoles, au contraire, ironise sur les savoirs reconnus dignes des femmes, qui les tiennent soigneusement à l‘écart de toute responsabilité dans la société.

Les femmes ont joué un rôle fondamental dans l‘économie de l‘Europe, dès la préhistoire, mais ce n‘est qu‘à partir de la révolution industrielle que des documents historiques permettent de connaitre et d’évaluer ce rôle. L‘histoire des femmes au travail est aussi l‘histoire du regard masculin sur les femmes, objectifiées et pornifiées par le harcèlement sexuel de leurs supérieurs et collègues, de leur constante précarité, du spectre de la prostitution à l‘horizon d‘une mise à pied. Adelheid Popp-Dworak, ouvrière, syndicaliste puis députée autrichienne de 1919 à 1934 décrit dans son autobiographie cette classe laborieuse féminine, vivant sous une constante menace de sombrer dans la misère et peinant à s‘organiser pour défendre ses intérêts, les syndicats étant toujours hostiles au travail des femmes. La Sud-africaine Olive Schreiner, dénonce dès 1911 la relégation des femmes aux tâches subalternes et à la domesticité, et revendique leur droit à un égal accès à toutes les professions.

Pour jeter un œil neuf sur la question des migrations, le chapitre “parcours d‘exil“ rappelle l‘intérêt qu‘avaient les Européen.nes au XIXème siècle à émigrer sur tous les autres continents, et le rôle des femmes, parfois investies de la mission d‘assister dans ses pérégrinations leur aventurier et colonisateur de mari. La question du célibat des femmes britanniques surnuméraires et du peuplement des autres continents rendent indispensable l‘émigration de femmes britanniques dans la deuxième moitié du XIXème siècle. D’une part, pour que ces bourgeoises célibataires ne déchoient pas socialement et trouvent un mari, et d‘autre part pour que les autres continents soient peuplés d‘Européennes. Le danger du métissage est en ligne de mire même s‘il n‘est pas exprimé clairement par Stuart-Wortley, l‘une des ces philanthropes qui a créé une des nombreuses sociétés d‘émigration pour faciliter les voyages de femmes célibataires. En écho à ces déplacements voulus de population, la détresse de l‘émigration clandestine vers l‘Europe est décrite par une dramaturge sicilienne, Lina Prosa, dans un récit de viol et de naufrage en 2003.

Les femmes artistes se battent pour être reconnues, comme la maîtresse de chapelle italienne Maria Rosa Coccia en 1832, ou la peintresse ukrainienne Marie Bashkirtseff, qui a étudié l‘art dans 4 pays européens et revendique en 1880 le droit de peindre des nus. Dans ses œuvres, l‘écrivaine Mariama Bâ raconte l‘accès à la culture européenne d‘une jeune Sénégalaise en 1947 et son attachement à la langue et à la culture de son enfance.

Le dernier chapitre est consacré aux femmes scientifiques: Maria Gaetana Agnesi et Sophie Germain, de très brillantes mathématiciennes du XIXème siècle, qui se sont toutes les deux fait passer pour des hommes dans les correspondances savantes qu‘elles entretenaient avec leurs pairs, de façon à être prises au sérieux. L‘Allemande Franziska Tiburtius a dû aller en justice défendre son titre de Docteure en médecine qu‘elle avait acquis en Suisse en 1875.

Cet ouvrage inédit montre à quel point les femmes d‘Europe ont contribué à son développement, à son rayonnement scientifique et à sa vie intellectuelle et artistique, tout en luttant pour être reconnues dans leur domaine d‘excellence. Chaque chapitre est accompagné d‘une bibliographie précise qui permet de mieux connaitre la personne présentée et son époque, il peut donc constituer un point de départ pour des études approfondies de l‘une ou l‘autre de ces formidables Européennes.

 

Florence Lina-Humbert 50-50 magazine

 

L‘Europe des femmes XVIIIe–XXIe siècle coordonné par Fabrice Virgili et Julie Le Gac . Ed Perrin 2017

Imprimer cet article