Articles récents \ Monde \ Afrique Rashida Shemseldin : “Au Soudan, à cause de mon militantisme, j’ai été emprisonnée à plusieurs reprises”

Rashida Shemseldin est une réfugiée soudanaise. Militante féministe et activiste politique, elle a été contrainte de fuir son pays en septembre 2018, et d’abandonner ses proches, pour sauver sa propre vie. Depuis Paris, où elle essaye depuis des mois d’obtenir le statut de réfugiée politique, Rashida Shemseldin continue de militer quotidiennement. Elle raconte son expérience de la guerre-civile au Soudan.

Comment se sont passés votre départ du Soudan et votre arrivée en France ?

Je suis arrivée à Paris début septembre 2018. J’ai eu la grande chance de pouvoir venir en France de manière légale et rapide, par avion, et donc d’éviter le parcours traumatique des immigrant.es clandestin.nes. J’étais invitée ici dans le cadre d’une conférence, ce qui m’a permis d’obtenir un visa très facilement. Je ne suis jamais repartie. Le statut de réfugiée politique reste tout même très difficile à obtenir. Depuis que je suis arrivée, j’ai des rendez-vous presque quotidiens pour l’avoir.

Pourquoi avez-vous pris la décision de ne pas rentrer ?

C’est une décision que j’avais déjà prise avant mon départ. J’ai quitté mon pays pour plusieurs raisons, mais principalement pour des raisons politiques. Au Soudan, à cause de mon militantisme, j’ai été emprisonnée à plusieurs reprises. Je recevais des menaces de mort presque quotidiennes. Le gouvernement a essayé de me tuer plus d’une fois. Je n’avais pas d’autre choix que de partir.

Qu’est-ce qui vous a poussé à entrer dans l’activisme politique ?

Beaucoup de choses. Depuis très petite, j’ai vu la situation des femmes empirer à cause de l’arrivée au pouvoir d’un dictateur islamiste(1). Mais ce n’est que plus tard, grâce à mes quatre années d’études en économie et sciences politiques, que je me suis réellement rendue compte de la situation très grave de mon pays.

Vous êtes une militante féministe. Que vivent les femmes soudanaises aujourd’hui ?

Les femmes de mon pays n’ont que très peu de droits. A cela s’ajoutent toutes les contraintes de la loi islamique, la Charia. Après des années de lutte, les femmes ont réussi à obtenir quelques avancées vers une plus grande égalité. Par exemple, nous avons obtenu une certaine égalité salariale. Mais il reste énormément d’injustices. Cela fait très longtemps que les femmes se battent au Soudan, et la plupart des grandes avancées sociales ont été gagnées grâce à elles.

Les femmes ont une place primordiale dans le conflit actuel. Il est facile de comprendre pourquoi : elles souffrent au sein de la famille et au travail. Elles sont constamment opprimées.

Quelles formes prenait votre militantisme au Soudan ?

Au départ, mon militantisme n’était pas particulièrement concentré sur l’égalité des sexes. Mon activisme politique a démarré à la suite d’une augmentation très importante du coût des produits de première nécessité et du coût de la vie en général. Les prix ont explosé. C’est un peu plus tard, il y a quelques années, que j’ai créé une association féministe pour lutter pour les droits des femmes, «No to Women’s Oppression.»

Continuez-vous à militer depuis Paris ?

Oui, absolument. Je suis en contact quotidien avec les femmes de l’association. Le contexte est particulièrement difficile en ce moment. Par exemple, la leadeuse de la rébellion, Alaa Salah, a été emprisonnée pendant quatre mois. Mais nous réussissons tout de même à organiser des manifestations. Les femmes sur place ont notamment eu un rôle essentiel dans le sit-in (2).

Le gouvernement utilise tous les moyens pour réprimer cette rébellion. Est-il particulièrement violent contre les femmes mobilisées ?

C’est certain ! Cet immense investissement des femmes dans la mobilisation terrifie le pouvoir en place, qui utilise tous les moyens pour nous empêcher d’y participer. La police n’hésite pas à violer les femmes, même les femmes médecins qui soignent les civil.es. Le gouvernement diffuse une série de mensonges sur les femmes rebelles pour salir leur réputation, notamment que ce sont des femmes qui couchent à droite à gauche avec beaucoup d’hommes. Toutes ces stratégies visent à nous faire peur, on veut nous confiner à la maison et nous empêcher d’aller manifester.

Que souhaiteriez-vous que les Européen.nes connaissent sur le conflit au Soudan ?

En Europe, les gens sont très peu informés sur la guerre civile. La fin du sit-in a été un massacre. C’est un vrai génocide. Personne ne le dit. Depuis deux semaines, il n’y a plus internet, plus de reporter.es étranger.es, donc l’information ne circule plus. Pourtant, tout le monde devrait savoir ce qu’il se passe : des manifestant.es ont été brûlé.es, tué.es par balle. Leurs corps sont jetés dans le Nil. Un nombre incalculable de personnes ont disparu, et il est très difficile même pour les gens sur place de savoir ce qui leur est arrivé. Au sein de notre association, trois femmes ont été tuées.

Pensez-vous qu’une résolution positive de ce conflit soit encore possible ?

Les choses qui se sont passées ces derniers jours sont atroces pour le peuple soudanais. Mais le changement que l’on espère obtenir est un changement radical, et malheureusement il faut en payer le prix par le sang et par les morts.

L’objectif de réussir à créer les conditions pour un avenir meilleur est la seule chose qui nous donne espoir et maintient notre engagement.

 

Propos recueillis par Léonor Guénoun, 50-50 Magazine

1. Omar el-Beshir arrive au pouvoir au Soudan en 1989 après avoir organisé un coup d’Etat. Très rapidement en tant que Chef d’Etat, il supprime les partis politiques et instaure la loi un code national légal islamique.

2. Le 6 avril 2018, les manifestant.es soudanais.es ont débuté un sit-in pacifique devant les bâtiments du Conseil Militaire pour protester contre l’arrivée de l’armée au pouvoir. Le 3 juin, les forces armées ont délogés les militant.es de manière très violente, causant plus de 128 morts.

Un grand remerciement à Hamdi, lui aussi réfugié soudanais, qui a été notre interprète.

Imprimer cet article