Articles récents Des femmes du Palais de la femme en lutte

Les femmes du Palais de la femme de Paris sont en lutte depuis des années. Ces dernières semaines leurs luttes ont pris de l’ampleur grâce au soutien d’un collectif qui les accompagne au quotidien. Ces femmes de toutes origines, qui payent un loyer plutôt élevé, font face à de nombreux problèmes que ce soit la vétusté, la saleté des locaux, la présence d’hommes qui peuvent les harceler etc… Entretien avec Michèle Larrouy, référente et écoutante de l’action contre les violences faites aux femmes, de la Maison des Femmes de Paris.

Interview Caroline Flepp – Vidéo et montage David Real 50-50 magazine

Comité de soutien aux femmes du Palais

Depuis trois ans, des femmes résidentes du Palais de la Femme, un centre d’hébergement situé dans le 11ème arrondissement géré par l’Armée du Salut, luttent pour leur droit à s’organiser contre les violences institutionnelles qu’elles subissent quotidiennement et pour leur relogement dans des logements autonomes et pérennes. Engagées dans le mouvement des Gilets Jaunes pour faire entendre leurs revendications, leur lutte a pris un tournant : le groupe de résidentes mobilisées s’agrandit et un comité de soutien s’est créé.

Nous, femmes gilets jaunes, femmes de diverses associations et syndicats engagées dans les luttes sociales et féministes, professionnelles de l’action sociale en lutte, nous nous sommes constituées en Comité de Soutien pour soutenir leurs revendications et renforcer les liens de solidarité politique contre les violences et le contrôle sur les vies des femmes.

Le Palais de la Femme cache un business lucratif de la charité bâti sur la misère des femmes. Les logements, de moins de 12 m2, sans cuisines individuelles et avec des sanitaires rudimentaires, sont loués, en moyenne, 450 euros par mois, alors que les conditions de logement sont indignes (rats, punaises de lit, cafards, coupures d’électricité, cuisines hors service, etc). L’Armée du Salut reçoit de grosses subventions publiques (121 millions d’€ en 2016) dont une partie doit servir à assurer un suivi social en vue de trouver des solutions de logement pour les résidentes. Mais les actions de suivi semblent plutôt conçues pour récolter des fonds. En réalité sans réel accompagnement, les résidentes s’y trouvent coincées pendant des années.

Le Palais de la Femme n’est pas un refuge pour les femmes : les hommes y sont admis depuis plusieurs années, alors que des résidentes ont subi des violences sexuelles et physiques dans le cadre de relations conjugales ou de la prostitution.

Les résidentes dénoncent le contrôle sur leurs corps et leurs sexualités (contrôle voire interdiction des visites, couvre-feu, etc.) et sur leurs histoires (stigmatisation, moralisme, lesbophobie et transphobie). Leur lutte s’inscrit dans l’histoire d’encadrement paternaliste physique et moral des femmes pauvres contre lequel les femmes des foyers pour mères célibataires s’étaient déjà élevées dans les années 1970, impulsant ainsi les luttes féministes.

Les résidentes organisées subissent la répression militante. La direction leur refuse le droit à une salle de réunion et à un panneau d’affichage. Faisant appel à des prestataires non tenus au secret professionnel pour ses services sociaux et médicaux, la direction profite des informations recueillies pour faire pression sur les résidentes qui osent réclamer des conditions de vie dignes. La direction encourage les conflits entre résidentes pour diviser et éviter toute contestation de sa politique.

Mais, comme le collectif des femmes du Palais nous le montre, la lutte collective est possible dans les foyers où tout est fait pour mater son émergence.

Pour le droit au logement. Pour une vie digne.

Pour la solidarité politique.

Pour la liberté des femmes et des minorités de genre.

Rejoignons leur lutte !

Photo Zahra Agzous

Imprimer cet article