Île de France Un jardin pour Françoise Héritier

Le 26 juin dernier avait lieu l’inauguration du jardin Françoise Héritier dans le 14ème arrondissement de Paris. Pour l’occasion, des proches, des politiques et des intellectuel.les se sont succédé.es pour rendre hommage à l’une des plus grandes anthropologues de son temps. Retour sur cette cérémonie.

Un jardin partagé. C’est le lieu choisi par la mairie de Paris pour porter le nom d’une grande intellectuelle: Françoise Héritier. Quoi de plus naturel qu’un espace de vie et de partage pour accueillir celle qui tout au long de sa vie a étudié les rapports humains. Sous un soleil de plomb, un hommage a été rendu à l’une de ses plus éminentes habitantes. Parmi ces personnes, des anonymes, des élues de la ville de Paris, des intellectuel.lles du collège de France, son frère Jean-Paul et des proches comme l’historienne Michelle Perrot ou son éditrice Odile Jacob. Invitée à s’exprimer à la tribune, cette dernière se montre élogieuse à l’égard de Françoise Héritier et la qualifie de «Marie Curie des Sciences Humaines.» Une manière de mettre en lumière le rôle de pionnière de la deuxième femme élue au Collège de France.

Vidéo Marie-Hélène Le Ny 50-50 magazine

Au moment de prendre la parole, Michelle Perrot est plus personnelle. Elle raconte la femme qu’elle a connue au Conseil National du Sida (CNS) en 1989: celle qui appréciait la vie malgré une santé fragile. Une vie qu’elle a défendu au CNS à une époque où le VIH était autrement plus problématique qu’aujourd’hui. Selon l’historienne, c’est sous le mandat de Françoise Héritier que le CNS a obtenu une avancée majeure: le rattachement des soins des détenu.es au ministère de la Santé.

Une humanité soulignée par une anthropologue présente qui a travaillé sous ses ordres : «c’est rare qu’une personne rassemble l’intelligence et l’humanité.» 

Humaine avant tout

Cette icône humaniste impressionne tou.tes les oratrices/orateurs  car elle a réussi à s’élever en tant que scientifique sans abandonner ses principes. Ses propos concernant l’affaire Weinstein et le mouvement #metoo reflètent son engagement pour la cause des femmes. Elle déclarait : «enfin la honte a changé de camp.» Des paroles qui résonnent lorsque Carine Petit, maire PS du 14ème arrondissement de Paris déclare que Françoise Héritier lui inspire «le fait que l’éveil des consciences est possible à tout âge de la vie que ce soit pour l’égalité ou pour l’acceptation des différences.» Un éloge représentatif de la considération qu’avait l’anthropologue pour chaque être humain.

Si le conseil de Paris a accepté à l’unanimité que le jardin porte le nom de celle qui a pris la succession de Claude Lévi-Strauss, ce sont bien les Parisien.nes qui sont à l’origine du projet. Ils ont fait une pétition pour que Françoise Héritier reçoive cet honneur. La mairie du 14e s’est rapidement proposée pour l’accueillir : «nous avions pensé à une résidence universitaire mais finalement nous avons proposé ce jardin près d’une résidence universitaire pour cette ancienne habitante du 14ème.»

Cet événement s’inscrit dans la politique de féminisation des noms de rue menée par la mairie de Paris et son adjointe à l’égalité femmes/hommes Hélène Bidard. Une politique qui a vu les noms de rue féminin passer de 4 à 12% depuis 2014.

 

Françoise Héritier: Pour la création d’un TPI en RDC, 15 mars 2016

 

 

Clément Rutin  50-50 Magazine

 

Imprimer cet article