Articles récents L’Etat responsable d’un féminicide ?

Lors d’une conférence de presse le 11 juillet, Cathy Thomas, et son avocate Isabelle Steyer, ont mis en cause la responsabilité de l’Etat pour le triple meurtre de sa sœur Isabelle  et de ses parents en 2014. Un triple meurtre qui cache un féminicide et des mois de violences. Retour sur une conférence de presse riche en émotions.

4 août 2014 à Grande-Synthe dans le Nord: Isabelle Thomas et ses parents sont tué.es par balle après une course poursuite qui les opposent à l’ex-conjoint violent. Quatre ans plus tard, sa sœur Cathy et l’avocate Isabelle Steyer engagent la responsabilité de l’Etat dans ce que l’avocate qualifie de «chronique d’une mort annoncée.» 

Lors de cette conférence de presse, la spécialiste des droits des victimes majeures et mineures, raconte le déroulement du triple meurtre en lisant la conversation entre Isabelle Thomas et la police quelques secondes avant sa mort. Elle dénonce aussi des «carences» dans le suivi du contrôle judiciaire de l’agresseur. L’homme avait menacé et même agressé l’institutrice. Une agression qui avait fait l’objet d’une plainte suivie d’une autre plainte, le 27 juillet 2014, pour des manquements à son contrôle judiciaire. Et c’est là où l’Etat a sa part de responsabilité selon la plaignante. «Alors qu’il avait revendiqué son passage à l’acte, rien n’a été fait» déclare Me Steyer. Le dénommé Lemoine était en effet sous contrôle judiciaire et la police aurait dû «le faire interpeller, ou le faire rechercher et cela n’a pas été fait […] alors que le danger était imminent» fustige l’avocate.

Outre tous ces griefs, l’avocate réclame la création d’un parquet dédié à la protection des femmes et des enfants. Elle ajoute : «on se donne les moyens pour des questions financières et on ne se donne pas les moyens pour les questions de protection des femmes et des enfants.» Un combat semé d’embûches, qui vise à une prise de conscience collective face aux féminicides et aux infanticides.

Pour un sauvetage universel

Cette procédure, en plus d’être complexe, impose à Cathy Thomas, sœur et fille des trois assassiné.es, une nouvelle épreuve psychologique. Ce combat juridique occupe son esprit toute la journée et va jusqu’à hanter ses nuits: «Isabelle revient dans mes rêves et c’est horrible, parce qu’elle est encore avec Lemoine, j’essaye tout le temps de l’aider mais je n’y arrive pas» confie-t-elle. Des pensées, certes sombres, mais qui lui donne également la force de poursuivre cette lutte : «je sais que ces rêves ne sont pas anodins, Isabelle veut que je continue.»

Elle se dit prête à affronter ses douloureux souvenirs pour «avoir des réponses» mais surtout pour «sauver d’autres femmes, d’autres vies.»

Une mission qu’elle souhaite mener jusqu’à son «dernier souffle», pour ses parents «morts d’amour» pour sa sœur que certain.es voient en «martyre», pour «leur mémoire.»

Mener à bien ses engagements c’est aussi, pour Cathy Thomas, devoir faire face à l’incompréhension des autres, «les gens me disent qu’il faut passer à autre chose, cela se voit qu’il ne s’agit pas de leurs parents» s’indigne-t-elle, les larmes aux yeux. En plus du souvenir et du regret, elle fait face à des propos culpabilisants tels que «tu n’as rien fait pour ta sœur» ou «Isabelle n’avait qu’a pas se mettre avec lui» lui sont constamment rappelés. Des paroles qui mettent en relief le jugement subi par les femmes. Pour Cathy Thomas «elles ne sont pas prises au sérieux, on culpabilise la victime et on encense le bourreau.» Le 7 octobre prochain, lors de l’audience au tribunal de grande instance de Paris, l’État devra prouver le contraire ou faire face à ses responsabilités.

Louna Galtier et Clément Rutin 50-50 magazine

Imprimer cet article