Articles récents \ DÉBATS \ Contributions Sabine Reynosa : “près de la moitié des femmes sont concentrées dans 10 familles professionnelles sur 86, et plus de 88% d’entre elles sont dans les services”

Plus de 400 militant.es féministes du monde entier s’étaient réuni.es le 9 mai dernier à Paris afin de remettre des recommandations aux ministres du G7. Objectif de ce 3éme sommet international du Mouvement Women 7 (W7) : pousser les Etats du G7, présidé cette année par la France, à adopter des mesures qui iront au-delà des effets d’annonce et constitueront des avancées concrètes vers l’égalité femmes-hommes. A la veille du G7 et alors qu’une forte mobilisation contre le sommet s’est mise en place, retour sur l’intervention de Sabine Reynosa, membre du collectif confédéral Femmes-Mixité de la CGT.

Les constats

Lorsque l’on évoque les inégalités professionnelles, les chiffres fusent, dans une fourchette de 15 à 27% environ. Mais de quoi parle-t-on donc ?

Bien sûr, on pense immédiatement au plafond de verre. Plus diplômées que les hommes, les femmes, même dans les filières à prédominance féminine, n’occupent pas les postes de direction dans les mêmes proportions : elles sont certes 41% parmi les cadres désormais, mais entre 15 et 20% du top management.

Et puis, les parois de verre : près de la moitié des femmes sont concentrées dans 10 familles professionnelles sur 86, et plus de 88% d’entre elles sont dans les services : assistanat et administration, santé, éducation, nettoyage, aide à domicile… autant de métiers fortement dévalorisés, dans le privé comme dans le public, avec des :

  • diplômes sous-évalués
  • technicités non reconnues,
  • responsabilités minimisées,
  • savoir-faire discrets,
  • conditions de travail et pénibilité invisibles.

D’où les luttes récentes : assistantes maternelles, Atsem, aides-soignantes, infirmières, femmes de ménages des grands hôtels…etc. L’enjeu est essentiel surtout dans le contexte d’austérité qui vise continuellement «les services publics vitaux.» Services publics qui emploient majoritairement des femmes.

Les écarts de primes, globalement un quart en moins de primes pour les femmes… Primes en partie liées aux postes (heures supplémentaires, horaires décalés)… mais aussi et encore, à la non-reconnaissance et à la banalisation de ces contraintes dans les emplois à prédominance féminine, tels que ceux du commerce et de la santé.

Le temps partiel

Le temps partiel concerne à 82% les femmes et porte sur 30% de l’emploi des femmes.

En France, le travail à temps partiel est surtout le fait des employeur.es, la loi sur le minimum de 24h ayant d’ailleurs été contournée, notamment par des accords de branche. Une étude européenne montre qu’en France, la part du temps partiel imposé est importante (43%) alors qu’en Allemagne par exemple, le temps partiel imposé ne correspond qu’a 12% !! en sachant que le travail à temps partiel imposé est statistiquement sous-estimé !!

Le temps partiel dit «choisi» correspond généralement, de la part des femmes, à des choix contraints : 70% des tâches domestiques et parentales leur incombe toujours, d’où l’importance cruciale que revêtent les services publics pour les femmes en tant qu’utilisatrices. On pense bien sûr aux crèches et autres équipements accueillant les enfants, mais ajoutons-y la prise en charge des personnes en perte d’autonomie, en situation de handicap, des malades etc – sachant que d’après un rapport de l’IRES, “la principale raison donnée par les femmes de 20 à 64 ans à leur inactivité est le fait d’avoir à s’occuper d’un enfant ou d’un proche handicapé, alors que ce motif n’apparaît quasiment jamais comme une des raisons invoquées par les hommes inactifs de la même tranche d’âge.”

Sans oublier non plus la problématique des transports et de l’urbanisme en général. Et puis, repensons la question des congés parentaux, sur laquelle la France vient de s’illustrer en bloquant une directive européenne progressiste ! Enfin, il serait temps de relancer le débat sur une réduction collective du temps de travail !

Au-delà du temps partiel, la précarité récurrente, avec aussi les CDD et l’intérim, subis majoritairement par des femmes (70% de femmes) pèsent aussi sur les retards de carrière : selon les calculs de Thomas Piketty, l’écart tout revenu confondu (y compris allocations chômage et pensions retraite) va de 25% à 25 ans à… 64% à 65 ans…

Enfin, la discrimination «pure» , liée au poids des stéréotypes et au « soupçon de maternité » qui dès l’entrée sur le marché du travail, va obérer toute la carrière…

Les inégalités de retraite

Et au bout d’une vie professionnelle semée d’embûches, comment ne pas évoquer les inégalités de retraite, miroir grossissant des inégalités salariales :

  • 39% d’écart de pension de droit direct, tombant à 25% grâce aux droits dérivés (notamment la pension de réversion).
  • Là encore, on retrouve principalement des femmes parmi les «bénéficiaires» de minima, qu’il s’agisse du minimum contributif ou du minimum vieillesse (45% des femmes retraitées et 14% des hommes).
  • Et pourtant, les femmes travaillent en moyenne 1 an de plus que les hommes, et elles sont 21% à attendre 67 ans pour éviter la décote (contre 8% des hommes).

Le projet de réforme s’appuyant sur un système à points aggravera la situation des femmes, comme toutes les mesures tendant à renforcer le caractère contributif du système au détriment de la solidarité:

  • La prise en compte de toute la carrière, au lieu des 25 meilleures années qui sont déjà pénalisantes depuis 1993, et la fin des 6 derniers mois pour les fonctionnaires qui constitue une catastrophe pour toute la catégorie C (majoritairement féminine) qui a en plus a très peu/pas de primes…
  • Prenons garde aussi à la remise en cause des pensions de réversion et autres droits familiaux, qui risque d’aggraver encore la situation des femmes tant qu’il y a des inégalités !!

Ainsi, comme le rappelle Oxfam (rapport de décembre 2018) : les femmes sont en première ligne face au risque de pauvreté au travail. Risque aggravé, bien sûr, pour les mères seules, dont 1/4 sont des travailleuses pauvres. Mais il y a un effet de dissimulation de la pauvreté féminine dans les statistiques portant sur les revenus des ménages. De même, la familialisation des politiques fiscales ou de certains dispositifs comme la prime d’activité n’est pas sans effets pour les femmes dont les conjoints gagnent davantage.

Avec des conséquences en matière d’autonomie économique… Et on en revient aux polémiques autour de l’évaluation des écarts…  que dit l’invisibilisation du quart en moins sur les rémunérations, tout confondu ?

Au-delà des enjeux de communication, cela revient à nier l’enjeu principal, qui est bel et bien l’autonomie économique des femmes. Certes insuffisante pour s’extraire d’un rapport de domination, mais comment quitter un partenaire violent sans accéder à cette autonomie économique ? Ce n’est pas un hasard, si les conjoints violents cherchent à empêcher les femmes de travailler. Et comment construire une position de force, face aux violences sexistes et sexuelles dans le monde du travail, tout en étant en situation d’inégalités professionnelles tous azimuts ?

Une seule loi visant l’égalité a été été vraiment appliquée, c’est celle qui impose 40% de femmes dans les Conseils d’Administration des grands groupes. On est à 43%, bien sûr pas dans toutes les entreprises, et pas dans les vrais lieux de décisions. (Comex et Codir où l’on est à 15-20% de femmes)… Cette loi, qui rappelle la théorie du ruissellement, est à l’image d’une approche élitiste et individualiste. Certes, elle permet la promotion de quelques premières de cordée, tout en creusant les écarts entre femmes, lesquelles font dans leur ensemble les frais des politiques publiques d’austérité et de détricotage des protections collectives. Pire, demandons-nous jusqu’à quel point certains discours ne risquent pas de développer complexes et culpabilité parmi celles qui ne font pas partie des «winners»…

Sabine Reynosa CGT

Sabine Reynosa est à droite sur la photo

Imprimer cet article