Articles récents \ DÉBATS \ Tribunes Eva Darlan : “ils ont voulu les faire disparaître, nous les honorerons toujours, elles, les Éternelles.”

Hier après-midi, à l’initiative de la comédienne Eva Darlan, un hommage aux femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2019 était rendu sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris. Eva Darlan, Anne Hidalgo, et le père de Julie, dont le témoignage a bouleversé les participant.es, ont pris la parole. Eva Darlan, Catherine Marchal, Aure Atika ont égrené les noms de 97 femmes victimes de féminicide, dont le nom, l’âge et la façon dont elles ont été assassinées étaient inscrits sur deux grandes banderoles. Aujourd’hui, la France en est à 99 féminicides. Nous reproduisons le très fort discours d’Eva Darlan.

Merci de votre présence ici et aujourd’hui. Vous êtes là parce que, comme nous, vous voulez rendre hommage à toutes ces femmes tombées sous les coups de leurs conjoints ou ex. Aucune capitale au monde ne s’est engagée pour la lutte contre les féminicides. Aucune. Paris s’engage. Merci Madame Hidalgo. Et merci à tous les services de la Mairie qui m’ont accompagnée dans la faisabilité de cet hommage. Je salue le collectif Feminicides par Compagnons ou ex , qui recense sans faiblir ces tragédies sans fin.

Nous n’oublierons pas ces 97 femmes assassinées par leurs hommes. Ils ont voulu les faire disparaître, nous les honorerons toujours, elles, les Éternelles.

Les Éternelles n’ont pas d’âge parce qu’elles ont tous les âges. Cette année, la plus jeune a 18 ans, la plus âgée, 90. Elles sont de tous les milieux. Non, ce n’est pas que chez les plus démunis que la violence s’exerce. Toutes les couches de la société sont touchées.

La violence conjugale est une lèpre qui s’étend à travers le monde et à travers les âges.

Dans la mythologie des crimes, quand un homme tue sa femme, c’est par amour. Toujours. Il la tue parce qu’il l’aime. Comme on fait toujours quand on aime. Il la tue principalement parce qu’elle le quitte, ou parce qu’elle le trompe, ou parce qu’il croit qu’il la trompe, ou au cas où un jour elle le tromperait. Il la tue parce qu’elle est sa chose, qu’il a le droit de vie ou de mort sur elle comme sur ses enfants (non, un homme violent n’est pas un bon père), il la tue parce que c’est comme ça, parce qu’on lui a appris que c’était possible.

Dans la mythologie des médias, on appelait ça un fait divers : un chien écrasé, une femme égorgée, c’est kif kif. C’est écrit en petit dans une colonne difficile à trouver, en bas à gauche. Un fait divers, parce que c’est banal, c’est courant et ça n’a pas d’importance.

Puis on est passé au crime passionnel. Au drame familial. On peut encore trouver dans une feuille de choux :  «une dispute entre époux qui a mal tourné.»

Dans la mythologie des films noirs qui nous ont servi de références pendant des décennies, les hommes bousculent les femmes, se font servir par elles, se paient des putes, et tapent sur tout ce qui est féminin jusqu’à ce que mort s’en suive. Gabin remet son imperméable, et rentre chez lui manger sa soupe. Très émouvant !

Et aujourd’hui, dans la mythologie de ces séries télé qui font notre joie, ce sont majoritairement des femmes qui se font massacrer. Elles sont kidnappées, attachées, ligotées, torturées, violées, et puis tiens, pourquoi pas, tuées. Comme ça, on n’en parle plus.

Avis aux diffuseurs : changez de cibles s’il vous plait. Vous participez au massacre des femmes. Vous voulez du sang ? Laisser alors les hommes qui le souhaitent se déchirer entre eux.

Quand on arrive au pouvoir, s’occuper des femmes, ce n’est pas glamour, cela ne fait pas viril. Se positionner immédiatement pour une armée forte, voilà qui est digne d’un chef d’Etat. Mais bon, comme elles piaillent beaucoup et depuis longtemps, il va bien falloir les calmer. Alors, pour leur montrer qu’on est formidable et très à l’écoute, on décide d’une « poudre de perlimpinpin » : la Grande Cause Nationale. Et là, on est tranquille.

J’espère que vous n’êtes pas tranquille Monsieur le Président quand vous savez que par votre négligence et votre désintérêt, cette année, nous sommes en augmentation des féminicides : une femme meurt tous les deux jours.

Vous êtes tranquille, Madame Belloubet, quand vous savez qu’il y a des dysfonctionnements dans vos services, avec certains magistrats, et que vous ne prenez aucune sanction ?

Vous dormez bien Monsieur Castaner quand vous savez que certaines polices et gendarmeries ne prennent toujours pas les plaintes et renvoient les femmes dans leur foyer où elles vont se faire massacrer ?

Vous passez de bonnes vacances, Monsieur Philippe, qui avez osé nous dire que vous ne connaissiez pas le problème et qu’il faudrait sûrement très longtemps pour changer les choses et excusez moi mais j’ai un autre rendez vous ?

Est-il bien nécessaire de parler de Madame Schiappa qui a un tel besoin de reconnaissance qu’elle est prête à construire un Grenelle alors qu’il y a un an, nous lui avions donné tous les outils pour que les femmes ne meurent plus. Savez vous, Mme Schiappa, combien de femmes sont mortes depuis votre annonce du Grenelle alors que vous aviez tout en main pour que ça n’arrive pas? Près de 25 femmes. Et pendant ce Grenelle, qui est une façon comme une autre de ne rien faire, ce Grenelle qui va durer jusqu’au 25 Novembre sans que, comme d’habitude, rien ne soit fait, des femmes et des enfants vont mourir.

Depuis que nous sommes allées vous voir avec toutes les propositions chiffrées, avec la Convention d’Istanbul que vous ne connaissiez pas et qui n’est toujours pas appliquée par la France qui l’a pourtant ratifiée, qu’avez vous fait ? A part deux livres, Hanouna et des photos ?

Pas besoin d’un grand tralala médiatique pour savoir comment faire. NOUS savons comment arrêter cette hécatombe, nous avons tous les outils pour stopper cette infamie, l’endiguer, l’empêcher de proliférer. Il suffit d’appliquer les lois.

Il est hors la loi pour les policiers et gendarmes de refuser une plainte, il leur est interdit de diriger les plaignantes vers une main courante, il est mortifère pour un magistrat de classer sans suite, enfin il est indigne pour un état de ne pas héberger les femmes à la recherche de protection pour elle et pour leurs enfants. Car il y a les enfants dans ces tragédies : orphelins, abandonnés et placés. Quant à leurs pères, on ne laisse pas un homme violent sans soin.

Les violences conjugales coûtent 3,6 milliards à l’état. Pour les stopper, nous avons besoin d’1 milliard. Et vous refusez d’intervenir ? Vous ne savez donc pas compter ? Même une économie de 2,6 milliards ne vous intéresse pas, simplement parce qu’il faudrait faire l’effort de la gérer ? Nous ne valons même pas cet effort ?

Parmi ces 96 victimes, à peu près 30% d’entre elles avaient déjà porté plainte, ou fait un signalement, ou une main courante. Plusieurs fois pour certaines.

Qui, ne les a pas protégées ? Ceux dont c’étaient le devoir et le métier

Qui n’a pas fait son travail ?

Qui, les a renvoyées du commissariat parce qu’elles dérangeaient, n’arrivaient pas au bon moment, ou qu’elles avaient bu, (et alors ?), ou qu’elles étaient «hystériques.» Oui, c’est vrai, quand on a peur, on peut parfois être «hystérique»

Nous ne voulons plus jamais entendre ces phrases prononcées par certains policiers :«vous croyez qu’on a que ça à faire ? Si ça ne va pas avec votre mari, prenez votre valise et partez. Des cas plus importants nous attendent. On viendra quand on pourra. On ne va pas mettre un policier derrière chaque femme. Revenez demain

Mais demain c’est trop tard.

Beaucoup d’assassins étaient déjà connus des services de police. Et ils ne portaient pas de bracelet électronique ? Pourquoi ? Les bracelets existent, il suffit de les sortir du placard et de pister celui à qui on a interdit d’approcher.

Les femmes meurent, les femmes meurent parce que personne ne s’occupe d’elles, parce qu’on ne les croit pas, qu’on ne les écoute pas, qu’on ne les protège pas.

Mesdames, messieurs les politiques, vous ne vous occupez pas des femmes, vous ne vous occupez pas des enfants, quel est votre rôle exactement ? Allez vous continuer à ne pas nous voir, à ne pas nous entendre ?

Ne croyez pas que nous allons nous taire, nous serons toujours là à pointer vos déficiences, votre désengagement. Ecoutez nous. Nous avons besoin de vous ! Nous vous souhaitons à nos côtés pour combattre ce fléau ensemble. Combien de mortes faudra-t-il ? Agissez MAINTENANT ! Vite !! On meurt !

Chères sœurs torturées, battues, assassinées, chers enfants abandonnés à la furie de vos pères, hommage à vous, respect éternel, à vous qui n’avez pas été respecté-e-s. Nous reconnaissons et nous saluons votre courage et votre souffrance.

Chères sœurs, vous laissez des enfants derrière vous, des enfants perdus, meurtris, et les lâches assassins se suicident.

A vous toutes, mortes de n’avoir pas été entendues, que l’élégance des ces kakémonos soit votre linceul. A vous, sœurs assassinées, désormais Éternelles.

Eva Darlan actrice, réalisatrice

Photos Zahra Agzous

Imprimer cet article