Matrimoine Aurore Evain : «rendre visibles les femmes dans l’histoire culturelle et artistique consiste à s’attaquer aux violences symboliques de la domination masculine» (1/2)

Du Moyen Age jusqu’à ce que la révolution française le bannisse, le terme matrimoine était utilisé. Il aura fallu attendre le XXIéme siècle pour qu’enfin il reprenne vie. Ainsi depuis 2015, les Journées du Matrimoine permettent de mettre en valeur des scientifiques, autrices, compositrices, peintres, sportives… Aurore Evain, actrice, autrice de théâtre, metteuse en scène, chercheuse est la personne qui en France a réellement sorti le concept de matrimoine de l’ombre.

Comment définissez-vous le matrimoine ?

Le matrimoine représente, étymologiquement, les biens culturels transmis par les «mères», c’est-à-dire l’héritage culturel légué par les femmes, au fil des générations. Rendre visibles les femmes dans l’histoire culturelle et artistique consiste à s’attaquer aux violences symboliques de la domination masculine, sans doute les plus puissantes, car les plus insidieuses, celles qui se cachent et se transmettent dans l’inconscient et la mémoire collectives.

Ce mot fut dans l’usage courant dès le Moyen Âge et tout au long de l’Ancien Régime. Si on le considère comme un néologisme, il n’a pas de sens en effet. Mais si on accepte d’entendre que ce terme fait partie, comme le mot autrice, des féminins qui ont été effacés, invisibilisés pour des raisons discriminantes, par des institutions politiques et culturelles, notamment l’Académie française, traversées alors par des idéologies sexistes, qui vont à l’inverse des valeurs que notre société défend aujourd’hui, alors il entre en résonance avec notre modernité.

Au départ, lorsqu’un couple se mariait, au Moyen-Âge, chaque partenaire déclarait son patrimoine, les biens hérités de son père, et son matrimoine, les biens hérités de sa mère. Au final, il n’est resté que les prestigieuses journées du patrimoine, et les agences matrimoniales. Tout est dit, tout est signifié à travers l’histoire de ce mot. Une fois le matrimoine disparu, l’héritage culturel ne s’est plus conjugué qu’au masculin, et l’effacement des créatrices s’est accentué au fil dès siècles. Dès 2002, l’ethnologue Ellen Hertz a très bien analysé comment le matrimoine, défini au départ comme les biens maternels, devint peu à peu les biens de l’épouse, puis fut englobé dans ceux du couple , et comment cette appropriation fut la première étape programmée pour mener à son effacement.

Comme avez-vous contribué à sortir le matrimoine de l’invisibilité ? Quand ce concept est-il sorti en France ?

En 2011, j’ai rejoint le Mouvement HF pour l’égalité femmes/hommes dans les arts et la culture, en y apportant mes quinze années de recherches sur le mot «autrice» et l’histoire des femmes de théâtre. Je venais partager cette Histoire avec mes sœurs de théâtre, car elle avait représenté pour moi, en tant que créatrice, un puissant outil de légitimation. Je ne venais pas seulement partager du savoir, mais une expérience, un remède contre le sentiment d’illégitimité inoculée aux femmes qui créent depuis des siècles. Je connaissais ce terme matrimoine, parce que j’avais été sensibilisée aux enjeux de langage à travers ma précédente recherche sur le mot autrice, et que j’avais fréquenté des chercheuses anglo-saxonnes en histoire des femmes qui, lorsqu’elles s’exprimaient en français, féminisaient spontanément le mot patrimoine en matrimoine. Elles appliquaient la logique de la langue française, qui, à la base, n’est pas sexiste, et entendaient le mot patrimoine au sens masculin, sans valeur générique.
Pour sortir ce terme de l’invisibilité et reconstruire un héritage culturel mixte et égalitaire, j’ai suggéré au Mouvement HF Culture de s’en emparer.

Comment sont nées les journées du Matrimoine ?

En février 2013, j’ai rédigé une contribution intitulée «Perspective Héritage», et parmi un certain nombre de préconisations, j’ai proposé, symboliquement, de lancer en septembre, pendant les Journées Européennes du Patrimoine, des Journées du Matrimoine. Les premières eurent lieu à Paris en 2015. A cette occasion, HF Culture organisa des visites guidées dans Paris, Osons le féminisme ! mena une opération pour renommer les noms de rue, et le collectif Midi Minuit du Matrimoine, lancé par Blandine Pélissier et moi-même, organisa un événement regroupant des artistes sur la place Colette, avec l’aimable autorisation de l’administrateur de la Comédie-Française, Eric Ruff. Ce lieu était bien sûr hautement symbolique, car il permettait de faire résonner devant la Maison de Molière les voix de créatrices passées.
Ces journées ont très vite essaimé dans toute la France, à l’initiative des différents collectifs régionaux du Mouvement HF, mais aussi d’autres associations, artistes et lieux culturels. En 2016, lorsque Carole Thibaut prit la direction du Théâtre des Îlets, Centre Dramatique National de Montluçon, elle inscrivit dans sa programmation la tenue des Journées du Matrimoine, auxquelles je fus associée, et qui y sont désormais proposées chaque année.
Ces actions ont contribué à mettre en avant le concept de matrimoine, et ont lancé ce qui est devenu en quelques années un véritable mouvement en faveur de la reconnaissance de ce mot et de l’histoire qu’il recouvre. En trois syllabes, il permet de redonner corps et visibilité à des créatrices et des œuvres dont on a longtemps nié l’existence. Il rend cette histoire concrète, il la matérialise.

Est-ce la première fois que ce terme Matrimoine est employé à l’époque moderne ?

D’autres avant avaient déjà employé ce terme, et même écrit sur son histoire, comme Ellen Hertz, que j’ai citée, mais aussi le psychanalyste Amine A. Azar, qui a décrit la «crise du matrimoine» survenue au XVIIème siècle, ou encore l’association Idem, question de genre, qui a remis en lumière le matrimoine catalan.
Mais il est vrai qu’à partir de 2015, dans le sillage des rapports de Reine Prat, qui évoquaient déjà les violences symboliques à l’égard des femmes dans le spectacle vivant, et à la suite de la constitution du Mouvement HF, ce concept a pris. D’autres collectifs féministes s’en ont emparé, comme Osez le Féminisme !, le Comité Métallos, le Deuxième Texte, Georgette Sand, ainsi que des artistes, des compagnies, des youtubeuses…

De mon côté, parallèlement à la réédition et à la recréation de pièces de femmes du répertoire classique, j’ai continué, à travers mes conférences sur le matrimoine théâtral, à faire connaître ce mot et les enjeux de cette histoire. Depuis 2012, je suis régulièrement sollicitée pour évoquer l’histoire des premières comédiennes et des premières autrices de théâtre. Le théâtre est un bon angle d’approche pour prouver l’existence de ce matrimoine et les mécanismes de son invisibilisation. Mécanismes qui se déclinent de façon très similaire dans les autres domaines de création. Les travaux et conférences de Marie-Jo Bonnet sur les créatrices dans les beaux-arts sont à ce titre particulièrement éclairantes.

Propos recueillis par Caroline Flepp 50-50 magazine

Photo Cécile Dureux

Imprimer cet article