Brèves Grenelle: Le Planning Familial partagera son expertise

Le Planning Familial a participé au lancement du Grenelle des Violences Conjugales. L’organisation salue la présence de plusieurs ministres, qui témoigne que les violences sont une question transversale ainsi que certaines mesures annoncées comme l’audit de 400 commissariats.

L’organisation déplore toutefois que certaines annonces et bilans fassent écho à des rapports et préconisations déjà existants : les bracelets électroniques, la généralisation des prises de plaintes à l’hôpital, l’augmentation de places d’hébergement, ou encore des mesures de prévention à l’école… Ces mesures, facilitant en principe le parcours des femmes, ne sont souvent pas appliquées. Le Planning Familial déplore également le manque d’annonces budgétaires. Il estime à 6 millions d’€ le coût d’un système de prévention efficace à destination des jeunes et du grand public. Il faudrait également de l’argent pour la formation des policier.es, des professionnel.les sociaux, médicaux, enseignant.es, etc. Les besoins financiers concernent aussi les victimes qui ont besoin d’une prise en charge et d’une protection rapides. Aujourd’hui, il faut parfois trois semaines pour qu’une victime obtienne une ordonnance de protection, faute de professionnel.les qualifié.es.

Le Planning Familial, regrette le manque d’annonces concernant la santé des victimes. Il demande en outre que les auteurs de violences soient pris en charge de façon éducative et psychologique, comme c’est le cas au Canada.

Si l’on cumule ces demandes et si nous voulons une prise en charge à tous les niveaux, le milliard d’€ réclamé au gouvernement par les associations est atteint. Le Planning Familial compte partager son expertise en contribuant aux groupes de travail, qui se tiendront jusqu’au 25 novembre, date de clôture du Grenelle.

Imprimer cet article