Articles récents \ Monde \ Europe L’économie du viol: la prostitution en Allemagne (1/3)

Vue de France, l’Allemagne est un pays prospère, avec un taux de chômage bas, beaucoup d‘entreprises florissantes, des institutions fortes et stables. Vue de Roumanie, l’Allemagne est un pays où l‘on peut envoyer sa fille, nièce ou cousine de façon à ce qu’elle gagne de quoi faire vivre toute la famille.

Dans les régions frontalières, une partie de la population masculine française, belge et luxembourgeoise fait régulièrement des excursions en Allemagne pour y profiter du droit de violer dans les bordels ou les eros-centers.

En Bulgarie et en Roumanie, les équipements datant de l’ère soviétique sont obsolètes, l‘industrie a été démantelée, le chômage fait rage, et pour parachever le tout, les infrastructures sanitaires et sociales, déjà très fragilisées, ont été définitivement détruites lorsqu’en 2007 l‘entrée dans l‘Union Européenne a imposé un budget “équilibré” et précipité toute une partie de la population dans l‘extrême pauvreté.

La “seule stratégie de survie” dans cette situation est, pour beaucoup de familles structurées de façon très patriarcale, la prostitution des femmes vulnérables, donc des plus jeunes, celles qu’il est plus facile de maintenir dans des liens de dépendance très forts par rapport à leur famille. Ce sont aussi celles pour qui il est le plus simple de trouver une “place” en Allemagne, c‘est à dire une chambre dans un bordel.

Les deux visions de l‘Allemagne se rencontrent dans ce lieu de consommation des femmes où les hommes vont se divertir et se reposer, en particulier lorsqu’ils sont en voyage d‘affaire, loin de leur entourage habituel. La fréquentation de lieux de prostitution est tellement banalisée que certaines réunions informelles entre gens importants y ont lieu, et même des soirées de comité d‘entreprise, mais la plupart des hommes ne veulent pas y être vus. Ils profitent de voyages d‘affaires loin de leur lieu de vie habituel ou même les organisent exprès. Chaque fois qu’un salon ou un congrès a lieu dans une ville allemande, le nombre de prostituées augmente. Ce sont toujours les femmes des pays pauvres d‘Europe de l‘Est qui sont majoritaires, en particulier roms, mais les autres continents sont représentés aussi: Nigéria, Colombie, Chine…

Libre concurrence

Selon les pages internet de ces établissements, un grand nombre de femmes sont à la disposition des hommes: bien plus qu’il n‘y a de chambres dans le bâtiment. Les propriétaires de bordels font circuler les femmes de ville en ville, tout en les proposant sur leur site internet comme si elles étaient présentes en permanence; ils disposent donc de la complicité de chauffeurs et de loueurs de voitures. Les profils des femmes sur les sites des bordels indiquent leurs mensurations, et précisent ce qu’elles sont prêtes à faire: les orifices où elles sont d‘accord pour être pénétrées, les positions, les gestes. Évidemment ces catalogues de prestations sont élaborés sous la pression d‘une vive concurrence entre femmes qu’elles soient dans le même bordel ou pas, puisque les localisations varient extrêmement rapidement, et toutes les informations se transmettent sur internet. Cette concurrence les amène à repousser toujours plus loin les limites qu’elles fixent pour leur propre protection aux agissements de leurs clients. Elles sont dans la surenchère permanente de la prise de risques. Le mieux payé étant désormais interdit, il faut le coder. C‘est “tout sans” (Alles Ohne) c‘est à dire pénétrations de tous les orifices sans préservatif. Pendant longtemps les deux initiales (AO) servaient de code, mais maintenant que cela relève du pénal (depuis 2017) il y a d’autres signes plus discrets.

Dans certaines maisons, les femmes doivent se mettre en rang dans l‘entrée à chaque arrivée de nouveau client pour qu‘il puisse choisir. Dans certains clubs dits “clubs nudistes” les femmes sont tenues d‘être entièrement nues pendant leurs horaires de présence au bordel. Les horaires doivent être librement fixés par les femmes mais souvent la pression financière les oblige à être à la disposition des clients de 14h à 6h du matin.

Le statut légal des prostituées

Pour protéger les femmes dans la prostitution, ce qui était déjà l‘objectif de la loi de 2002, et aussi l‘objectif de la loi de 2017, le législateur a instauré une disposition particulière du droit du travail qui interdit à l‘employeur de donner des instructions à ses employées : toute instruction de l‘employeur serait une atteinte à l‘auto-détermination sexuelle des femmes. Cette acrobatie réglementaire a été inventée pour donner un accès théorique aux droits à la protection sociale, aux droits des travailleuses, à une retraite. Cette construction juridique est cependant bien inutile puisque la majorité des propriétaires de bordels se garde bien d‘embaucher des prostituées. Ils se contentent de louer des chambres. Les horaires peuvent être librement décidés par les femmes elles mêmes, ainsi que les prix des prestations. Les propriétaires de bordels n‘ont aucune responsabilité vis à vis des prostituées, aucune charge liée à la fonction d‘employeur, aucune autorité sur elles non plus, théoriquement. La seule contrainte est la contrainte financière, c‘est à dire le montant du loyer: pour chaque chambre 120 à 180 € par jour. Toutes les 24h chaque femme doit reverser cette somme au propriétaire du bordel. Cette extrême pression financière les maintient sous la contrainte d‘accepter les conditions des clients, de prendre des risques, de travailler dans l‘illégalité, puisque le préservatif est désormais obligatoire mais la demande de rapports non-protégés toujours aussi forte. Juridiquement elles sont auto-entrepreneures, elles n‘ont d‘ordres à recevoir de personne. Financièrement elles sont étouffées.

Pour payer leur chambre, chaque jour, elles doivent déjà prendre cinq à six clients. Pour envoyer de l‘argent au pays deux à quatre clients, pour subvenir à leurs propres besoins encore un ou deux. À cela s‘ajoute le remboursement du voyage de leur pays d‘origine à l‘Allemagne. Elles ne parviennent pas toujours à avoir suffisamment de clients chaque jour, la concurrence est tellement forte qu‘elles en arrivent à baisser leurs prix. Donc le nombre de clients doit augmenter. Pour avoir plus de clients, elles doivent payer les petites annonces qu‘elles publient dans les journaux locaux ou en ligne. Elles se retrouvent en situation de devoir supporter une vingtaine de viols chaque jour avec la peur au ventre que les sommes réunies ne suffisent pas.

La dépendance

Leurs familles restées au pays les mettent sous pression avec des nouvelles catastrophistes de membres qui leur sont chèr.es : l‘une est malade, il faut payer le traitement, l‘autre a cassé sa voiture, il faut lui en racheter une.

Plus elles ont peur de décevoir leur famille, plus elles prennent de risques, baissent leurs prix, prennent plus de clients potentiellement violents, contractent des dettes auprès du propriétaire de bordel qui profite alors de leur extrême vulnérabilité pour les manipuler: il n‘a certes pas le droit de les diriger, mais leur suggère de faire à tel client important et prestigieux exactement ce qu‘il réclame parce qu‘il est prêt à payer le double. Les jeunes femmes en arrivent à accepter des pratiques qu’elles avaient pourtant refusées au départ.

Les violences qu‘elles subissent et la pression à laquelle elles sont soumises les détruit psychiquement et physiquement si bien qu‘elles commencent rapidement à prendre des médicaments anti-douleurs pour supporter leur vie. Les propriétaires de bordels connaissent souvent les gens qui les fournissent. La dépendance s‘installe : dépendance à la substance et dépendance à la personne. Le propriétaire du bordel s‘en débarrasse alors. Les prochaines étapes de leur voyage en Allemagne sont déjà décidées et au bout de six à huit semaines elles sont transférées dans un autre bordel, souvent dans une autre ville, où elles ne connaissent personne. Elles perdent les relations qu‘elles ont nouées dans le bordel précédent. Les médicaments (souvent de contrefaçon, arrivés par des circuits mafieux) obtenus par négociations doivent être renégociés.

Cette déstabilisation se répète plusieurs fois et au bout d‘un an ou deux elles n‘ont plus aucune force, aucune volonté, aucun potentiel de résistance, aucun pouvoir sur leur vie. Elles sont complètement objectifiées comme marchandises à la disposition d‘hommes qui se servent d‘elles comme ils l‘entendent. La décision même d‘arrêter et de retourner dans leur pays est impossible à prendre. Elles restent jusqu’à ce que le système lui-même s‘en débarrasse, lorsque les traumatismes physiques et psychiques sont devenus trop visibles et que les clients eux mêmes n‘en veulent plus. Alors elles font appel à une association et retournent dans leur pays.

Florence-Lina Humbert 50 – 50 Magazine

Imprimer cet article