Articles récents \ Monde \ Amérique latine L’École Populaire Féministe, une association équatorienne engagée dans l’éducation et l’émancipation des femmes

Située dans le centre historique de Quito, capitale de l’Equateur, l’École Populaire Féministe fut initialement pensée par un collectif féministe militant contre le système carcéral pour permettre aux femmes sortant de prison de se former. Par la suite, elle s’est ouverte plus largement aux femmes issues de milieux ou d’ethnies défavorisées et discriminées.

En 2004, le collectif Mujeres de Frente naît de la rencontre entre des militantes féministes incarcérées et les autres prisonnières. Ce collectif organise, au sein de la prison, des ateliers d’auto-conscientisation féministe et s’occupe également de l’accompagnement psychologique, administratif des femmes enfermées. En 2008, à la faveur de la nouvelle constitution promulguée par le président, Rafaël Correa, des prisonnières sont graciées. A leur sortie, certaines d’entre elles sollicitent le collectif Mujeres de Frente car elles souhaitent terminer leurs études primaires. C’est le point de départ de l’Escuela Popular Feminista qui commence modestement par l’éducation de quatre femmes.

Cette école se revendique de l’éducation populaire, et délivre, selon Pascal Laso, l’une des fondatrices de l’association, «une éducation politique, qui vise à la transformation du monde social et cherche à fournir à toutes et tous la possibilité d’une vie plus digne. Les principes fondateurs sont le partage, l’échange, l’organisation démocratique et la plus horizontale possible, de l’éducation.» L’école est gratuite et autogérée, créant ses propres programmes et se finançant à travers des foires aux vêtements, une fois par mois. Pour répondre aux besoins et réalités complexes vécues par les femmes, l’école est extrêmement flexible et s’adapte aux disponibilités et contraintes de chacune, accueillant éventuellement les enfants de ces dernières.

Un espace d’échange et d’auto-éducation

L’école offre aux femmes un espace éducatif mais aussi et surtout un espace qui leur est propre, un espace d’auto-éducation et d’émancipation, dans lequel elles peuvent discuter librement de leur vie avec d’autres femmes, donner leurs opinions sans être qualifiées d’ignorantes comme cela arrive dans leur vie familiale et professionnelle. Cet espace leur permet de s’émanciper de la position de «cuidadora» (1), qui leur est attribué dans l’espace familial et professionnel, pour se recentrer sur elles-mêmes.

La majorité des femmes qui suivent les cours de l’Escuela Popular Feminista sont issues de milieux fragiles parfois marginalisés (femmes Kichwa, Shuar, issues des communautés autochtones ou afro-descendantes.) Dans une société équatorienne très conservatrice où les rôles traditionnels des femmes et des hommes sont encore très marqués, les femmes issues de milieux défavorisés voient leur rôle définis par le «cuidado» au niveau familial et professionnel. Il est donc important pour les militantes de l’Escuela Popular Feminista de leur offrir une possibilité d’émancipation et de réappropriation de soi, afin qu’elles prennent conscience de leur puissance. Car c’est également là un des principes fondateurs de l’École que celui de l’échange et du partage. Selon Pascal Laso «ces femmes ont autant à apprendre de nous que nous avons à apprendre d’elles. Il est important de valoriser leurs savoirs propres et antérieurs, par exemple ceux relatifs à l’agriculture, la cuisine etc. »

Enfin, selon une professeuse de l’école, ce cursus permet aux femmes de mieux accompagner leurs enfants lors de leur cursus scolaire. Les inégalités scolaires sont fortes en Équateur où l’école publique, qui permet aux plus défavorisé.es d’accéder à l’éducation, est dévalorisée et dispose de faibles moyens (classes trop nombreuses, professeuses et professeurs faiblement rémunéré.es etc). Des parents éduqués, au courant du système éducatif, représentent donc une opportunité pour les enfants.

La réalité carcérale des femmes en Équateur

Si l’école s’est aujourd’hui ouverte et n’accueille plus seulement d’anciennes détenues, elle fut initialement pensée pour ces femmes. En Équateur 80% des femmes prisonnières sont détenues pour micro-trafic, et les peines sont lourdes puisqu’elles vont de 8 à 16 ans selon les quantités et les produits trafiqués. Par ailleurs, la grande majorité des détenues sont issues de milieux sociaux défavorisés ou d’ethnies discriminées, ce qui les conduit à prendre plus de risques.

Cette criminalisation de la misère se retrouve lorsque l’on aborde le thème de l’avortement. En effet, l’avortement est illégal en Équateur (2), sauf en cas de maladie mentale de la mère ou si la grossesse met en péril la vie de celle-ci. Cette criminalisation de l’avortement impacte majoritairement les femmes issues de milieux défavorisées qui ne disposent pas des moyens économiques suffisant pour réaliser un avortement sûr dans un autre pays.

L’expérience de la prison est d’autant plus fragilisante pour les femmes qu’elles ont souvent des enfants. Puisque l’État ne les prend que rarement en charge, il faut trouver un parent pour s’en occuper et, du fait de l’éloignement des prisons des centres urbains, il est très difficile pour les mères d’exercer leur maternité et de garder contact avec leurs enfants.

Interrogée sur le futur de l’association, sa fondatrice explique : «je ne réfléchis pas au futur, je pense au présent, au maintien de l’école, de ce qu’elle est et va devenir. Elle doit continuer d’offrir aux femmes la possibilité de créer des réseaux avec d’autres femmes, d’expérimenter l’émancipation, le repos.»

Marion Pivert 50-50 magazine

1 Celles qui sont au service des autres

2 Les député.es équatorien.nes ont récemment rejeté la dépénalisation de l’avortement en cas de viol

 

Imprimer cet article