Articles récents \ Culture \ Livres Adélaide Bon : La petite fille sur la banquise

Fracassée par l‘agression sexuelle qu‘elle subit à neuf ans, Adelaide Bon raconte avec une précision scientifique sa vie détruite puis reconstruite, 23 ans après, grâce à la condamnation de son violeur. Un témoignage tellement détaillé qu‘il permet de saisir toutes les étapes et les aspects des conséquences de viols sur les enfants, témoignage extrêmement précieux car il y en a peu.

Imposer silence aux victimes est non seulement une assurance d‘impunité mais cela fait même partie du crime. L‘enfant est ficelé dans sa douleur indicible, pour toujours. Le crime perpétré en quelques minutes, voire quelques secondes, a une durée infinie dans la vie de la victime, il reste toujours présent. Adélaide Bon a pu rompre ce silence, cela n‘a pas mis fin à son calvaire mais a permis à sa vie de prendre une tournure que le criminel n‘avait pas prévue, et qui 23 ans après mènera à sa condamnation.
Même si cette configuration est très rare, elle peut servir de phare dans le brouillard des dépressions de toutes celles et ceux qui croupissent encore, une fois adultes, dans les affres du traumatisme subi et jamais soigné.

Des attouchements sexuels et un viol à neuf ans

L‘autrice se décrit à la troisième personne en enfant privilégiée, choyée et bien surveillée, qui fait la rencontre un jour, dans l‘escalier de son immeuble, d‘un violeur en série qui met brusquement fin à son enfance innocente. Incapable de mettre des mots sur ce qui lui a été fait, elle a le privilège rare d‘être suffisamment écoutée par ses parents pour qu‘ils l‘emmènent porter plainte puis consulter un pédiatre, qui confirme les faits et les reconfirme 22 ans plus tard: attouchements sexuels. Elle a en fait subi un viol, elle ne l‘apprendra que lors de l‘instruction et demande alors la requalification.

Le viol de cette enfant-là, jugé alors qu‘elle a déjà 34 ans, n‘est donc pas correctionnalisé comme le sont la majorité des viols, il est jugé aux assises. Le violeur de cette enfant-là a été identifié, il a violé et attouché probablement des dizaines de petites filles avant et après elle. Une exception. L‘autrice adulte en a bien conscience et le répète: la majorité des enfants violé.es ne sont ni écouté.es ni pris en charge, elles/ils sont empêtrés dans les liens de dépendance qui les lient à leur violeur, leur père, beau-père, frère, oncle ou grand-père. La majorité des viols d‘enfants sont des viols incestueux. La majorité des viols sont jugés comme des agressions sexuelles, moins graves.

Adélaide Bon refait en sens inverse le chemin de sa guérison, et par là nous donne des clés de compréhension extrêmement précieuses. Pendant 20 ans de sa vie elle subit les conséquences de ce crime sans les lui associer car elle ne se considère pas comme traumatisée. Elle retrace dans son récit sa compréhension progressive des liens entre ce qu‘elle vit, et l‘événement traumatique qu‘a été le viol.

Sa biographie de patiente est impressionnante: des centaines de séances de thérapie, mêlant plusieurs méthodes, plusieurs spécialités. Elle décrit ses maux et les réponses du corps médical, passant toujours à côté de la raison première de ses pathologies, car elle-même en tant que patiente induit les thérapeutes en erreur: elle ne se souvient pas ou à peine d‘avoir été violée enfant. Les mécanismes de l‘amnésie traumatique sont décryptés dans son récit, ainsi que la fin de l‘amnésie.

C‘est le hasard d‘une enquête de police à très long terme qui remet une fonctionnaire de police sur la trace du violeur de la petite Adélaide de neuf ans lorsque celle-ci en a déjà plus de trente. Le hasard et les progrès de la biologie, puisqu‘un profil ADN a été établi, permettant de mettre en relation différents viols d‘enfants commis à peu près à la même époque. La reprise de l‘enquête, alors même qu‘elle est enceinte, bouscule l‘amnésie et la relative tranquillité dans laquelle l‘autrice vivait alors et ravive la douleur enfouie. Elle ravive aussi, et la lectrice s‘en réjouit, la combativité d‘Adélaide adulte.

Le combat de l‘adulte pour obtenir justice pour l‘enfant qu‘elle a été

Contacter d‘autres victimes potentielles, répondre aux enquêteurs, remuer ses souvenirs, reconstituer la chronologie et le déroulement des faits, tenter de convaincre les autres victimes de porter plainte, elle tient bon. Soutenue par son mari et sa famille, elle affronte alors le criminel au tribunal. Il est finalement condamné, malgré ses tentatives de dénégation et d‘obstruction au déroulement du procès. Sa condamnation met fin à des décennies de crimes impunis et au déni de justice qu‘ont connu tous les enfants victimes de cet homme (plus d‘une trentaine identifié.es, probablement beaucoup plus) et la litanie des plaintes déposées contre lui est une claque dans la figure d‘une civilisation qui prétend protéger les enfants.

Le livre d‘Adélaide Bon met à mal notre justice et la société toute entière. Malgré son entourage familial protecteur, malgré sa dénonciation précoce, malgré ses efforts incessants pour se soigner, malgré le courage qu‘elle a eu de porter plainte enfant et d‘accepter de participer à l‘enquête adulte, le criminel aura eu une existence tranquille, commettant de nombreux crimes similaires dans la plus grande impunité pendant des années, détruisant près d‘une centaine d‘enfants.

Chronique d‘une science en train de s‘inventer

L‘autrice fait une grande place aux apports de la science, neurologie et psycho-traumatologie dont les découvertes ont été concomitantes de sa progression et lui ont permis d‘identifier le traumatisme puis d‘en guérir, elle dénonce aussi les pseudo thérapies, le charlatanisme de certain.es soignant.es. Ce récit est donc aussi la chronique scientifique des progrès de la psychologie, de la psycho-traumatologie ces vingt dernières années. Elle identifie et remercie la docteure en psychologie et victimologie Muriel Salmona, qui lui a fait faire de réels progrès dans la compréhension du traumatisme et permis d‘amorcer sa guérison.

Elle achève enfin son calvaire alors qu‘elle est déjà mère et montre combien sa détresse d‘enfant violée rejaillit sur sa relation avec son propre enfant, combien elle bute sur ses traumatismes à chaque étape de sa vie et de la vie naissante de son enfant. Elle montre aussi comment la condamnation du violeur est une délivrance qui lui permet de se reconstruire et de prendre confiance en elle en tant que mère.

Adélaide Bon a fait un chemin que peu de victimes peuvent faire. Non seulement elle s‘est sortie du traumatisme, mais elle a trouvé aussi le courage de témoigner de cette longue agonie qu‘est la vie d‘une victime de viol, et de sa renaissance parce qu‘elle a rencontré les bonnes personnes au bon moment, n‘a jamais perdu espoir, s‘est accrochée à la vie de toutes ses forces… et a voulu transmettre ce témoignage exceptionnel.

Florence-Lina Humbert 50-50 magazine

Imprimer cet article