Articles récents \ Île de France \ Politique En Seine St Denis, l’enfer pour obtenir un titre de séjour

En France, l’accès à la régularisation, au renouvellement des titres de séjour, à la naturalisation, est de plus en plus difficile à cause de la mise en place de la dématérialisation des procédures. Venues du Niger, du Maroc, d’Algérie soutenues par Africa 93 et Femmes Solidaires, des femmes bien intégrées, en France depuis des années, témoignent de leur extrême difficulté à obtenir des titres de séjour.

Julie Nigériane, 39 ans

J’ai réussi difficilement à obtenir un titre de séjour à la naissance de mes trois enfants. J’ai depuis 6 ans un titre de séjour valable 1 an et donc chaque année il faut le renouveler. Je rencontre d’énormes difficultés depuis deux ans car il faut prendre un rendez-vous en ligne.

C’est vrai qu’avant je devais aller faire la queue au service des étrangers et j’y allais très tôt . C’est vrai que j’y restais des heures, mais au moins j’avais la satisfaction d’être enfin reçue.

La dernière fois c’était grave il me fallait ce rendez-vous car j’avais enfin obtenu un emploi en CDI . J’ai attendu 2 mois pour avoir ce rendez-vous, en passant des heures devant un ordinateur, et ma fille essayait de son coté.  2 mois et j’ai vraiment eu peur de me faire licencier. Heureusement mon employeur a été sympa et accepté de me garder mais ça ne peut plus continuer car on nous met dans des situations très difficiles à cause de ce système.

Samira Marocaine, 22 ans

Moi je suis arrivée en France dans le cadre d’un mariage avec un Français et j’ai obtenu un titre de séjour de plein droit. Comme j’avais subi des violences j’ai dû demander le divorce et mon ex-mari s’était opposé au renouvellement de mon titre de séjour, arguant de la suspicion d’un mariage blanc. J’ai déposé plainte et il a été débouté car j’avais toutes les preuves de la réalité de notre mariage. Donc je pouvais à nouveau bénéficier du titre de séjour.

Avec tous mes documents scannés et préparés, j’ai commencé à demander un rendez-vous en ligne. Quelle surprise de voir apparaître sans cesse sur mon écran : « il n’y a pas de disponibilité. »

J’ai vite pris peur d’autant plus que je venais enfin d’obtenir un CDI dans le travail de ménage. Passons sur le fait que j’aurais espéré mieux car j’ai une licence de biologie mais bon j’étais trop contente d’avoir ce boulot.

J’ai passé des heures ,devant un écran d’ordinateur, la nuit je me réveillais et j’allais sur mon téléphone sur le site de la préfecture.

L’association Africa 93 qui me suivait faisait de même, plusieurs personnes ont essayé d’obtenir un rendez-vous pour moi.

Deux mois et demi d’attente et entre temps j’ai perdu mon travail avec ce statut de CDI. Oui mon patron m’a proposé de me garder sans être déclarée, avec une perte de salaire de 35%. Voilà, j’ai accepté, je n’avais pas le choix . Et à la fin même avec mon titre de séjour, il a refusé de me rétablir mon CDI.

Non je ne dis pas merci à la dématérialisation des demande de titres de séjour qui m’ a fait entrer dans l’illégalité pendant deux mois et demi.

Salima Algérienne, 31 ans

J’ai un titre de séjour d’1 an, j’étais dans 3 ème année et j’étais en droit d’obtenir enfin un titre de séjour de 10 ans qui me garantissait la stabilité dans ma vie familiale et professionnelle.

Hélas je suis tombée dans la procédure de dématérialisation, je dis hélas mais je dois avouer qu’au début j’étais contente car je me suis dit : «super je n’aurais pas besoin de faire la queue.»

Voilà des jours et des jours à tenter d’obtenir ce rendez-vous en ligne mais rien n’y a fait, je me suis retrouvée avec 5 semaines de retard avec une suppression de mes prestations familiales que je n’ai jamais récupéré car la CAF ne pratique plus la rétroactivité.

Le plus grave c’est que je n’ai pu avoir le titre de 10 ans. Il a fallu encore attendre 1 an de plus.

L’année d’après j’étais tellement terrorisée que je suis allée plusieurs fois à la préfecture en espérant ce rendez-vous mais c’était pareil. Il a fallu l’intervention de l’association, de la députée Marie Georges Buffet pour que j’obtienne ce rendez-vous. Ce n’est pas normal cette situation.

Malika Marocaine, 45 ans

Mon histoire est lourde et difficile : je suis arrivée en France il y a 24 ans soutenue par une famille qui habite La Courneuve et qui avait promis à ma grand-mère, mes parents étant décédés, de s’occuper de moi en France.

Pendant 17 ans, j’ai été mise en esclavage par cette famille et le jour où leurs enfants sont devenus adultes, elles/ils m’ont jeté à la rue sans papiers. Même mon passeport, seul document qui prouvait mon état civil, a été retenue par cette famille.

Je suis tombée gravement malade et après une hospitalisation, c’est une infirmière qui m’a recueilli et hébergée. Elle a tout essayé pour me régulariser et mais comme il n’y avait aucune preuve de mon identité cela était impossible. Il y a deux ans, cette infirmière que je remercie du fond du cœur, a été mutée et ça a été de nouveau la rue pour moi.

J’ai connu Africa 93 par l’intermédiaire d’une pharmacienne et j’ai commencé des démarches. La première chose qu’on m’a dit c’est bien sûr de déposer plainte contre la famille qui m’a mise en esclavage et que c’était la solution pour obtenir mes papiers. J’ai refusé pour des raisons de sécurité, j’avais peur de représailles, le monde est petit, cette famille m’aurait retrouvé.

Donc avec l’association je m’attelle à retrouver mon identité. Au Consulat du Maroc on me demande deux témoins ici en France et deux autres témoins au Maroc .Je le fais et j’ai enfin mon passeport. Je me dis à ce moment là que tout va aller pour le mieux même si je dors dehors, quelque fois dans le hall de l’hôpital de Saint Denis.

J’ai confiance car je suis une femme victime de violences et tout le monde me dit que je vais obtenir mes papiers.Depuis deux ans j’essaie d’avoir un rendez-vous en ligne et rien rien, c’est désespérant .

Je vais plusieurs fois à la préfecture toujours accompagnée et je suis toujours renvoyée à la procédure en ligne. Des médecins se sont mobilisés, la députée et personne ne répond.

Ce titre de séjour j’en ai besoin car je n’arrive pas à trouver d’hébergement .

Je suis épuisée de toutes ces démarches.

Razika Algérienne, 58 ans

Je suis en France depuis quelques années et je suis venue à la suite de nombreux problèmes familiaux qui m’ont obligé à fuir. Heureusement j’ai trouvé refuge chez ma fille .

Mon problème : obtenir ce rendez-vous en ligne afin de pouvoir exposer ma situation de vive voix. C’est impossible.  Moi je suis souvent devant l’écran, les militantes d’Africa 93 et de Femmes Solidaires m’aident depuis trois ans mais rien, on n’a rien obtenu.

Je suis parfaitement intégrée, j’ai pris des cours d’approfondissement de la langue française, je suis active au sein des associations, j’ai suivi des modules de formation citoyenne et j’aime la France, mes amies, mon entourage .

Un tas de personnes sont intervenues pour moi auprès de la préfecture, des élu.es, la députée, sans aucune réponse.

Je suis allée à la Préfecture avec une amie de Femmes Solidaires et j’ai subi une terrible humiliation car on m’a renvoyé vers le service en ligne.

C’est insupportable !

Je n’en peux plus je demande juste que ma situation soit examinée et cette chance, la procédure de dématérialisation me la refuse.

Témoignages recueillis par Africa 93 

 

Imprimer cet article